Tamara Volkonskaïa, « Princesse rouge », égérie des FTP du Limousin et du Périgord

Le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes …  continue cet été l’exploration du blog d’un ami de Criminocorpus, Jacky Tronel  (un jeune retraité natif de Tours) , habitant dans le Bergeracois, et,… par ailleurs directeur de la revue Secrets de Pays | Échos du Pays des Bastides (Lire dernièrement  un  très bel  article sur Les Bastides du Périgord)  – PH.P.

Aujourd’hui : Tamara Volkonskaïa, « Princesse rouge », égérie des FTP du Limousin et du Périgord. Photographie à la une, bande défilante : Tamara Volkonskaïa, avec l’état-major du bataillon soviétique à Brive, en 1945. Les portraits de Staline et de Léninie entourent de Gaulle. Coll. privée.

Tamara Volkonskaïa, « chef du service sanitaire et médical », en compagnie de quatre soldats soviétiques à Périgueux,le 11 août 1944. Coll. privée.

Qui était Tamara Alexéevna Volkonskaïa ? Princesse ? Aventurière ?

“Agent des services soviétiques ? Nul ne le sait vraiment. Deux choses sont sûres : la première est que cette égérie des Francs-tireurs et partisans du Limousin et du Périgord décède à Plazac (Dordogne), le 2 juin 1967 ; la seconde est que le Présidium du Soviet suprême de l’URSS lui décerne, à titre posthume, l’Ordre de la guerre nationale de seconde classe. Cet article est la reprise partielle du texte de l’historien Hervé Dupuy, publié récemment dans le numéro 23-24 de la revue « Arkheia »…”

Pour en savoir plus lire le billet publié par  le lundi 13 juin 2011 sur le site de Prisons-cherche-midi

Ce blog consacré à l’Histoire pénitentiaire et à la Justice militaire est né le 19 février 2010. L’exposition sur les prisons parisiennes organisée par le Musée Carnavalet du 10 février au 4 juillet 2010 (à laquelle j’ai participé pour la partie relative aux prisons militaires) en a été l’élément déclencheur.

Les articles mis en ligne concernent d’abord la prison militaire de Paris, dite « Prison du Cherche-Midi », et son annexe de la Santé, la « Prison militaire du Cherche-Midi repliée à Gurs » puis à Mauzac. Sensible à tout ce qui porte atteinte aux Libertés et aux Droits de l’Homme, je me suis également intéressé aux politiques et aux pratiques de contrôle, d’exclusion, de répression et d’enfermement, s’agissant des hommes, des prisons et des camps

Jacky Tronel : Attaché de recherche à la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris), responsable scientifique du programme de recherche sur le Cherche-Midi

Coordinateur de rédaction de la revue d’Histoire Arkheia

Membre du comité scientifique de la revue Histoire pénitentiaire

L’un des administrateurs de la page publique de Criminocorpus sur Facebook.

Contact : tronel.jacky@wanadoo.fr – 06 75 22 98 46


Vous aimerez aussi...