A Dieppe, une prison de l’ère des philanthropes sous la Restauration

Cette prison à dortoirs et quartiers séparés fut une illustration concrète, comme la prison de Pont-l’Evêque, des préconisations de la Société royale des prisons. Prison des philanthropes, intéressante à plus d’un titre, installée dans le quartier du Pollet, elle fut détruite par la municipalité, malgré une tentative pour en faire une antenne universitaire. certainement victime de préjugés d’une époque où des édiles municipaux affirmaient qu’il était hors de question de « mettre des étudiants en prison ». Elle a été parfaitement étudiée par Céline Saint-Martin qui lui consacra une maîtrise à l’université de Rouen et un article dans la revue Trames, re-publié sur le site Criminocorpus. Des photographies réalisées peu après la fermeture de l’établissement illustrent cet article et sont autant de documents précieux sur un établissement disparu aujourd’hui.


Photographies de Jean-Claude Vimont


Un hôte de la prison en 1831 : « L’ancien pays de Caux n’est pas heureux en pasteurs : on n’a pas oublié le procès scandaleux de l’abbé Frilay ; un autre curé du voisinage vient d’affliger de nouveau les familles par des attentats à la pudeur, d’autant plus odieux, que les victimes sont de jeunes filles à peine dans l’âge de puberté, et que le théâtre du crime a été la sacristie. Le prêtre impudique, arrêté à la requête du procureur du Roi, est en ce moment détenu dans la prison de Dieppe ».
Le Constitutionnel

L’un des dortoirs en 1990

« Un drame épouvantable, dû selon toute vraisemblance à la folie, s’est déroulé ce matin a Saint-Pierre-en-Val. Vers sept heures, une femme nommée Hantin, en proie à une vive agitation, s’arrachant les vêtements, se précipitait chez l’épicière, Mme Troude, en lui criant : Venez vite, j’ai tué mes enfants ! Puis, gesticulant, elle courut chez l’instituteur et le ramena chez elle. Elle traversa sa maison puis, ouvrant une porto donnant sur la cour, elle montra à l’instituteur la citerne où flottaient trois petits cadavres, ceux de ses trois enfants, Jean, Robert et Pierrette, âgés de trois ans, dix-huit mois et six mois. C’est moi, dit la mère, qui les ai jetés à l’eau. Puis, subitement, elle s’abattit comme une masse en proie a une crise d’épilepsie. Cependant que des voisins lui prodiguaient des soins et la transportaient dans la chambre, l’instituteur retira de l’eau les trois bébés dont la mort remontait à plus d’une heure. Le parquet, avisé, vint dans la matinée, procéder à l’enquête Les magistrats interrogèrent la mère criminelle qui ne répondit que ceci : Je ne me rappelle pas ce qui s’est passé. Je n’ai pas pu jeter mes enfants dans la citerne. C’est moi qu’on aurait dû y jeter. Elle avait eu le matin une discussion avec son mari, avant le départ de ce dernier pour son travail. ! Faut-il voir dans ce fait une corrélation avec le crime, ou plus simplement se trouve-t-on en présence d’un acte de folie subite ? L’enquête le démontrera bientôt. La mère criminelle a été écrouée ce soir à la prison de Dieppe ».

 Le Petit Parisien – 24 novembre 1909

La prison de Dieppe fut une prison militaire pendant la Première Guerre Mondiale. Un mémoire de master en cours de Camille Baudet à l’université de Rouen devrait offrir des renseignements précieux sur cet épisode de la « brutalisation » de l’espace carcéral.


La prison de Dieppe hébergea des résistants pendant la Seconde Guerre Mondiale. Jacques Nadeau a publié « Dieppe, ma prison ». Jules Le Brun, membre des FTP, fut incarcéré à Dieppe avant un transfert à la prison de la Santé et trouva la mort lors de la libération de Paris. Ce fut aussi le cas de Madame Fanstein, également résistante, avant son transfert à Rouen et sa condamnation à six années de travaux forcés. Mais ce chapitre des incarcérations durant l’Occupation demeure méconnu.