L’anthropométrie au service de l’identification des récidivistes : l’exemple de la relégation en Guyane française

Jeune commis à la préfecture de police de Paris, Alphonse Bertillon présente par deux fois en 1879 et en 1881 au préfet Louis Andrieux une méthode de mesure ostéométrique qu’il estime infaillible pour découvrir l’identité de condamnés récidivistes. N’obtenant aucun succès, son initiative suscite néanmoins l’intérêt du nouveau préfet Ernest Camescasse, nommé à la tête de la préfecture au mois de juillet 1881. Il décide d’accorder un délai probatoire à Alphonse Bertillon qui parvient, le 20 février 1883, à effectuer une première reconnaissance grâce à sa méthode. L’intérêt du préfet pour ce qui deviendra rapidement le « bertillonnage » est notamment motivé par le fait qu’il est aussi l’auteur, aux côtés du ministre de l’intérieur Pierre Waldeck-Rousseau et du garde des Sceaux Félix Martin-Feuillée au sein du gouvernement de Léon Gambetta, d’une proposition de loi visant à reléguer perpétuellement certains condamnés récidivistes sur le sol d’une colonie. Cette proposition débouchera sur la loi sur la relégation des récidivistes qui, promulguée le 27 mai 1885, ne pourra être effectivement appliquée sans recourir à une méthode d’identification sûre et infaillible. Cette loi est donc, dès son origine, reliée à la technique anthropométrique qui permet de prélever et de fixer un savoir sur les « délinquants d’habitude ». L’anthropométrie demeure ainsi l’envers nécessaire de la loi, mais son efficacité reste conditionnée aux usages et surtout aux acteurs et au contexte au travers desquels elle est mise en œuvre…

Lire la suite de cet article de Jean-Lucien Sanchez sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...