Le godemiché du marquis de Sade renfermait un trésor


Embastillé, Sade se met à lire – ce qu’il faisait peu auparavant – et à écrire. Ses fantasmes sexuels lui dictent des pages à n’en plus finir.

Les curiosités de la BNF (6/6). Un manuscrit dissimulé dans l’objet phallique avait été jeté depuis sa cellule par le « divin marquis » en 1789.

« Ici l’on gèle ; ici l’on brûle ; ici l’on meurt », écrit Victor Hugo à propos de la Bastille. Érigée au premier rang des symboles de l’Ancien Régime, la prison inspire, après le 14 juillet 1789, une iconographie effrayante décrivant des geôles où s’entassent de malheureux prisonniers parmi les rats et même les serpents. On sait depuis que la vie quotidienne dans la forteresse ne correspond pas tout à fait à cette description. Y vivent certes des captifs d’extraction modeste, incarcérés quelques mois pour des motifs souvent futiles.

Le très riche fonds d’archives déposé par la Bibliothèque nationale de France (BNF) à la Bibliothèque de l’Arsenal, non loin de la Bastille, retrace aussi la vie quotidienne de détenus de la noblesse et placés au secret pour des raisons politiques, à cause de leurs écrits, ou afin de protéger leur famille de la faillite ou du scandale. Des prisonniers suffisamment fortunés pour verser une redevance à l’administration pénitentiaire afin d’améliorer leur ordinaire.

Incarcéré à la demande de sa belle-mère

Le marquis de Sade a 44 ans lorsqu’il est incarcéré à la Bastille, en 1784. Il vient d’être transféré du château de Vincennes, où il était enfermé depuis 1777 par lettre de cachet, c’est-à-dire sur ordre du roi et sans jugement. Donatien ­Alphonse François de Sade s’est retrouvé entre quatre murs à la demande de sa belle-mère, Madame de Montreuil, lassée de le voir dilapider la dot de sa fille et jeter l’opprobre sur la famille en raison de ses frasques sexuelles. Pour lui, c’est un moindre mal. Après de multiples scandales, il a été condamné à mort par la cour d’Aix-en-Provence pour tentative d’empoisonnement sur cinq de ses partenaires de débauche.

Soustrait à la justice ordinaire, Sade est installé au deuxième puis au sixième niveau de la tour dite de la Liberté – humour second degré de l’administration pénitentiaire du XVIIIe siècle –, dans ce que l’on pourrait appeler le quartier VIP…

LE MONDE | 29.07.2017 à 06h42 • Mis à jour le 29.07.2017 à 16h03 | Par Jean-Michel Normand

Pour en savoir plus et accéder à l’article payant sur Le monde  ou à l’intégralité de l’article sur Reddit

 


Vous aimerez aussi...