Le territoire de l’expulsion – La rétention administrative des étrangers et l’État de droit en France

Parution du livre le 4 juillet 2017 – Héritiers des camps d’internement, les centres de rétention administrative sont aujourd’hui des relais essentiels du contrôle de l’immigration irrégulière. Ils relèvent d’un schéma répressif inhabituel en démocratie : ils permettent en effet, sur décision d’un préfet, l’enfermement extra-judiciaire d’étrangers, qu’il ne s’agit pas de sanctionner mais seulement de maintenir sous contrôle pour mieux préparer leur « éloignement ». Sommés de respecter « l’État de droit », les centres doivent également veiller au quotidien aux droits fondamentaux des personnes. C’est à ce titre que des militants associatifs spécialisés dans le droit des étrangers y interviennent depuis 1984.

En s’appuyant sur les résultats d’une enquête ethnographique inédite de cinq mois dans un centre de rétention, cet ouvrage revient sur les paradoxes engendrés par cette configuration spécifique. Comment le droit est-il mobilisé en rétention, avec quels effets sur la mise en œuvre ordinaire de la force publique ? Que dire de l’activité critique d’acteurs associatifs tout à la fois militants et partie intégrante de l’institution ? Autant d’interrogations qui concernent les sociologues de l’État et du droit, et plus largement le public intéressé par les politiques migratoires et les conditions du contrôle des étrangers en France.

Introduction

Chapitre liminaire – Un enfermement de police dans un État de droit. L’institutionnalisation problématique de la rétention administrative (1975-2016)

Première partie – L’ordre rétentionnaire

Chapitre 1. L’ordre non-carcéral. Genèse et organisation du centre de rétention du Sernans-Bréville.

Chapitre 2. Un secours sous contrainte. L’assistance juridique aux étrangers en contexte « rétentionnaire »

Deuxième partie – La gestion différentielle de l’immigration irrégulière

Chapitre 3. Le gouvernement juridique de l’irrégularité. Formes et effets de l’assistance juridique associative sur le contrôle de l’immigration

Chapitre 4. Le corps, dernier champ de bataille. Les usages stratégiques de la souffrance et des émotions dans les dossiers « humanitaires » en rétention

Conclusion

Annexes

Sources et bibliographie

Nicolas Fischer est chargé de recherche CNRS en science politique, rattaché au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (Cesdip) à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses travaux portent sur la tension entre droit et violence dans les démocraties contemporaines.

Éditeur ENS Éditions

Collection Gouvernement en question(s)


Vous aimerez aussi...