Shelter market (Chantal Montellier)

Parution de la bande dessinée en août 2017 – Dans cette dystopie de Chantal Montellier, le « radeau démocratique » a depuis longtemps coulé et la société d’hyper-consommation a atteint ses limites.

Sur fond de couvre-feu, d’état d’urgence et de montée des extrémismes, un couple très « upper middle class », Thérésa et Jean, se rend chez des amis pour y passer la soirée. Ils s’arrêtent pour chercher un cadeau à Shelter Market, un centre commercial souterrain, qui peut aussi faire office d’abri anti atomique. À peine sont-ils entrés dans ce bunker de la consommation que des sirènes retentissent. Une voix leur annonce qu’un bombardement nucléaire vient d’avoir lieu. Les lourdes portes blindées du Shelter Market, se sont refermées sur les centaines de clients présents dans les galeries marchandes. Très vite, la direction du centre met en marche le plan de survie, avec l’aide des nombreux vigiles présents sur les lieux. On assure aux clients qu’ils peuvent s’estimer heureux de leur sort : ils seront abrités et nourris gratuitement jusqu’à ce que la vie redevienne possible à l’extérieur. La clientèle, désormais captive, se doit donc de garder le sourire en toutes circonstances. « Be happy ! », proclame un clown hilare, sosie de celui des Mac Do. Les livres et les films démoralisants ou jugés « toxiques » sont peu à peu retirés de la circulation. C’est « un autodafé sans feu », constate Thérésa, chargée de la librairie transformée en bibliothèque. Face aux abus de pouvoir et autres dérives fascisantes, Thérésa, Jean et quelques autres personnes finissent par réagir…  Un doute commence à s’insinuer quant à la réalité de l’explosion atomique. Et si tout cela n’était qu’une manipulation de plus ? Une expérience radicale… celle de la survie après le grand chambardement ?

Chantal Montellier est née en 1947 près de Saint-Étienne, dans la Loire.

En 1972, elle commence à publier des dessins de presse politique dans L’HumanitéPolitisL’Unité… Elle est la première et sans doute la seule femme à avoir exercé, pendant une trentaine d’années, ses talents sur ce terrain réservé aux seuls hommes.

Elle aborde la bande dessinée dans Charlie MensuelMétal Hurlant et Ah ! Nana, où elle pré-publie sa première série Andy Gang. Chez les Humanoïdes Associés, elle signe plusieurs albums remarqués dont 1996Wonder City et Odile et les crocodiles. À partir de 1978, elle collabore à la revue (À Suivre) avec la série Julie Bristol publiée ensuite par Dargaud.

Début 2000, elle revient à la bande dessinée avec un album très remarqué Les Damnés de Nanterre (Denoël) puis Tchernobyl mon amour (Actes Sud). En 2008, elle publie une adaptation du Procès de Kafka, en collaboration avec David Mairowitz ; cet album a été traduit en plus de quinze langues. Chez Actes Sud est également paru le récit autobiographique La Reconstitution.

Chantal Montellier est aussi la fondatrice du Prix Artémisia qui, depuis dix ans, joue un rôle majeur dans la reconnaissance du travail des autrices de bande dessinée.

Comme l’a écrit Thierry Groensteen, « son œuvre militante et forte apparaît clairement comme une œuvre de combat. Parce que Montellier s’est tenue aux côtés des opprimés, des aliénés, de ceux qui ne rentraient pas dans le moule, qui ne savaient comment s’inscrire dans une réalité hostile, et qu’elle leur a prêté son talent. Mais aussi parce que, pour se faire entendre, pour exister comme artiste, sans jamais faire de concession ni flatter les dominants, elle a dû batailler et payer le prix fort. »

Les Impressions Nouvelles › Maison d’édition

DOMAINE(S) : Bande dessinée

COLLECTION : Réflexions faites