Des colonies de vacances à la gestion de l’enfance inadaptée : l’association du Val d’Aubette (1929-1983)

Couverture du n°2 de la revue Mémoires de la protection sociale en Normandie

L’association du Val d’Aubette est fondée en 1929 afin de créer dans les environs de Rouen, à Saint-Aubin-Épinay, une colonie de vacances pour les enfants défavorisés. Or, après la Seconde Guerre mondiale, elle change de mission en mettant en place un foyer pour mineurs inadaptés. Ce parcours singulier va ainsi nous permettre d’aborder le système éducatif selon deux angles complètement opposés : les loisirs et la justice. Les archives mises à notre disposition grâce à l’actuel directeur de l’établissement, Monsieur Christian Guéroult, sont très variées même si elles présentent quelques lacunes. Elles sont constituées principalement des registres des délibérations des Assemblées générales et des Conseils d’Administration, du registre du personnel, des registres des entrées et des sorties des mineurs et des dossiers personnels de ces derniers1. Ces sources ont été complétées par des entretiens, notamment avec une éducatrice ayant travaillé dans le foyer dans les années soixante-dix et un ancien « placé » ayant séjourné au Val d’Aubette en 1958. Cette base documentaire va nous permettre de comprendre comment cette association a modifié son mode d’action en faveur de l’enfance difficile en nous attachant à la mise en place et au fonctionnement des colonies de vacances puis à l’émergence après-guerre du foyer pour mineurs inadaptés en insistant sur son organisation mais aussi sur les acteurs, personnel et jeunes pris en charge …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Sophie Victorien sur le site de la revue Criminocorpus.

Sophie Victorien est responsable des nouveaux projets numériques du CLAMOR et secrétaire de rédaction de la revue Criminocorpus.

Sophie Victorien est historienne spécialisée sur la justice des mineurs. Membre associée du GRHis (groupe de recherche d’histoire de l’Université de Rouen), elle a soutenu en 2009 à l’université de Rouen une thèse sur la justice des mineurs sous la direction de Yannick Marec. Cette thèse a reçu le prix du Comité d’Histoire de la Sécurité sociale en 2010. Elle a été publiée sous le titre suivant : Jeunesses malheureuses, Jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945 (PUR, 2011). Ses plus récents articles sont accessibles en ligne.

Sophie Victorien est depuis 2009 secrétaire de rédaction de la revue Criminocopus et depuis 2014 responsable éditoriale de la plateforme Criminocorpus.

Sophie Victorien est membre du comité de rédaction de la Revue d’Histoire de l’Enfance irrégulière (RHEI). Elle dirige avec Joann Élart le dossier thématique « Musique et Justice » pour la revue Criminocorpus. Elle est membre du jury du Prix Françoise Tétard (histoire de l’éducation spécialisée/histoire de l’éducation populaire).

Sophie Victorien donne régulièrement des cours depuis 2005 sur l’histoire de la justice des mineurs, l’éducation spécialisée et les humanités numériques en histoire, notamment à l’université de Rouen (2005-2014), à l’Institut du Développement social de Haute-Normandie (2009-2013) et à Sciences Po Paris depuis 2013.

Domaines d’expertise
Histoire de la justice des mineurs
Histoire de l’éducation spécialisée
Humanités numériques

Contact : sophie.victorien[at]cnrs.fr


Vous aimerez aussi...