Africville : le secret raciste de l’histoire du Canada

Photos d’Eddie : Darrell Oake. Photos d’archives : Bob Brooks, du « Africville Relocation Report »

Peu de gens sont au courant de l’enfer qu’ont vécu d’anciens esclaves américains – et leurs descendants – sur la côte Est canadienne. En fait, personne n’a entendu parler d’Africville.

Le Canada aime à crier haut et fort qu’entre 1840 et 1860, avant la guerre civile américaine, la Nouvelle-Écosse était le paradis pour tous les individus de couleur cherchant à se défaire des chaînes de l’oppression. Certaines émissions télé canadiennes font même de la propagande à ce sujet : elles montrent des esclaves sortant tout sourire de caisses en bois, prêt à entamer une nouvelle vie, libres dans le Grand Nord. Mais peu de gens sont au courant de l’enfer qu’ont vécu d’anciens esclaves américains – et leurs descendants – sur la côte Est canadienne. En fait, personne n’a jamais entendu parler d’Africville.

Africville était un quartier noir et pauvre au nord d’Halifax, que les dirigeants locaux de l’époque se sont employés à détruire méthodiquement année après année. Le gouvernement local a tenu à ne jamais fournir à Africville habitations et services de bases – eau, électricité, etc. – et cela a continué jusqu’à ce que le quartier soit totalement détruit en 1964…

Pour en savoir plus lire le billet publié par NOAH TAVLIN le 3 mars  2013 sur le site Vice.com


Vous aimerez aussi...