Le Bertillonnage à New York : professionnalisation et image de la police (1896-1914)

Dans un livre consacré à la mémoire de son oncle, Suzanne Bertillon rapporte ainsi des propos que son père aurait tenus à Alphonse Bertillon, lequel ne s’était jamais rendu aux États-Unis. Cette conversation donne un aperçu de l’imaginaire attaché à sa personne et, plus largement, à l’identification policière dans les États-Unis du début du XXe siècle. Peu importe que ces paroles aient été réellement prononcées ou que Bertillon ne soit pas « l’inventeur » des empreintes digitales, tant les preuves de la fascination générale pour la « science » nouvelle de l’identification qu’il a développée sont nombreuses. L’objet de cet article, est d’interroger, à travers Bertillon, la place prise par de nouvelles modalités policières d’identification (photographies judiciaires, mesures anthropométriques, empreintes digitales) dans la société new-yorkaise du tournant du xxe siècle.

On souhaite ici mettre l’accent sur la diffusion des innovations techniques en soulignant que ces dernières n’existent pas par elles-mêmes – comme immédiatement disponibles dans un espace international et autonome de l’innovation et du progrès – mais qu’elles sont indissociables d’initiatives, de processus, d’individus, de groupes, de réseaux. Bref, ne s’imposant pas naturellement sous l’effet d’un progrès un peu abstrait, elles sont liées aux sociétés qui les « invitent », les « accueillent » et les « naturalisent » selon des modalités qui leur sont propres. Il s’agit donc à la fois de prendre la mesure de la diffusion internationale des innovations en matière de police scientifique et judiciaire et d’apprécier les « conditions “ locales ” dans lesquelles se négocie la mise en application de nouvelles techniques » venues de l’étranger…

Lire la suite de cet article de Yann Philippe sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2011, 19 mai). Le Bertillonnage à New York : professionnalisation et image de la police (1896-1914). Criminocorpus. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd0l

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search