Le bertillonnage en Amérique du Sud

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, plusieurs pays sud-américains entament des réformes policières dans le cadre de la construction des États nationaux. Certains « modèles policiers », bien acceptés sur le plan culturel en Europe à l’époque, vont servir d’instruments de légitimation des projets de modernisation institutionnelle mis en œuvre localement. Paris, et plus généralement le « modèle français », est alors de loin la source d’inspiration favorite des réformistes sud-américains, qui se rendent souvent en France pour étudier la situation et assister aux divers congrès internationaux, revenant ensuite au pays avec une mine de notes et observations consignées dans leurs carnets de voyage.

Parallèlement à cette importation massive de modèles et de technologies policières, d’intenses mouvements migratoires transocéaniques modifient rapidement la composition de la société et les formes de socialisation dans les grandes métropoles d’Amérique du Sud. Durant tout le XIXe siècle et au début du XXe, l’Argentine, le Brésil et l’Uruguay accueillent à eux seuls près de 90 % de l’immigration européenne en Amérique latine. Croissance rapide de la population, urbanisation galopante, mobilité sociale et professionnelle en constante progression, liberté de mouvement non seulement à l’intérieur des territoires nationaux, mais aussi à travers des frontières internationales poreuses : autant de facteurs qui accroissent la peur de la criminalité, de l’usurpation d’identité et des risques liés à l’anonymat, faisant surgir un certain nombre d’inquiétudes précises.

Dans ce contexte, le bertillonnage débarque étonnamment tôt en Amérique du Sud, bien qu’il ne connaisse pas le même succès partout. Cet article explore la mise en œuvre du système en Argentine, en Uruguay et au Brésil…

Lire la suite de cet article de Diego Galeano et Mercedes García Ferrari (disponible en français, en espagnol et en anglais) sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...