L’ancienne prison de la juridiction des seigneurs de Guerlesquin

Ce monument est l’ancienne prison seigneuriale de la juridiction des seigneurs de Guerlesquin.

Cet édifice a été construit vers 1640 par Vincent du Parc de Kerret, Marquis de Locmaria, Maréchal de Camp, Commandant des Gardes de Richelieu et Seigneur de Guerlesquin.

Cette prison est un pavillon forteresse carré du début du 17ème siècle, flanquée à chaque angle d’une échauguette saillante, en forme de guérite ronde à cul de lampe terminée par un dôme. Au niveau du toit, deux fenêtres à fronton Renaissance. Du côté de la fenêtre ouest, on peut remarquer deux latrines ou bretèches.

La justice était rendue chaque lundi au prétoire qui se trouvait au 1er étage de la cohue en bois (à l’emplacement des halles d’aujourd’hui).

L’ancienne prison seigneuriale et la fontaine Sainte Barbe

En 1826, la Commune de Guerlesquin a acheté ce monument, ainsi que les vieilles halles, au Baron de Tocqueville, gendre du dernier seigneur du lieu, le marquis de Rosanbo, exécuté à Paris en 1792.

Grâce aux démarches entreprises par le barde guerlesquinais Prosper Proux (descendant de la famille Du Parc) auprès du Ministère d’Etat en 1856 et en particulier auprès de Prosper Mérimée, elle fut sauvée de la destruction. Restaurée en 1872, elle fut classée Monument Historique en 1875 et, de cette date jusqu’en 1965, a servi de Mairie.

Devant l’entrée de la prison, sur la place pavée, se trouve « La Mesure à Blé », de laquelle les seigneurs de Guerlesquin tiraient grand profit.

Commune de Guerlesquin – Site officiel

Guerlesquin, une petite cité au fort caractère – Destination …

 

Communication de  Hervé COSQUER en date du 12 août 2017.

« Je viens de lire avec intérêt, et plaisir, votre article d’hier 11 août, signé par M. Philippe Poisson, sur la « prison de Guerlesquin ».

Originaire de Guerlesquin, je fais des recherches depuis des années  sur la passionnante histoire de cette paroisse puis commune dont les maisons du tour de ville notamment ont un passé très riche.

Aussi, je me permets de vous signaler une petite erreur, que vous n’êtes hélas pas le premier à commettre, lorsque vous indiquez « Au rez-de-chaussée se trouvait le cachot et aux étages le logement des gardiens. »

Même si l’aspect du lieu a pu et pourrait encore le laisser croire, aucun document, aucune recherche étayée n’ont pour l’instant indiqué qu’il y ait eu un cachot au rez-de-chaussée de la bâtisse.

En revanche, plusieurs textes (ainsi par exemple une Minute du notaire Mérien du 27 fructidor an IV, relative à une ferme de sept ans de la prison et des halles, AD29 4 E 182-56) précisent clairement que cette pièce du rez-de-chaussée servait de corps de garde, où deux bancs, une table et des ports d’armes appartenaient au propriétaire de la prison.

Le premier étage servait effectivement de logement aux gardiens (généralement le fournier du four banal – four banal ayant le même propriétaire que la prison – soustrait provisoirement de ses fonctions habituelles lorsque la présence d’un prisonnier l’exigeait) tandis que les prisonniers étaient gardés dans la pièce du second étage, la « chambre criminelle », fermée par une grosse porte avec un guichet, laquelle n’existe plus suite à de regrettables transformations réalisées il y a un demi-siècle.

Les prisonniers ne séjournaient d’ailleurs que très peu de temps dans cette prison, d’où l’emploi temporaire de gardien, avant d’être selon le cas libérés ou transférés à Morlaix…

Réponse de Philippe POISSON le 14 août 2017 :

Je prends acte de vos informations, et, me fiant à vos travaux d’érudition je supprime la phrase « Au rez-de-chaussée, se trouvait le cachot et aux étages le logement des gardiens. » Cordialement Ph.P.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *