Surveillance des identités et régime colonial en Indochine, 1890-1912

En août 1905, le journal La Vie illustrée, un important journal illustré de l’époque, présente en couverture une grande enquête consacrée à « La traite des jaunes ». En pleine page, une photographie montre une personne assise sur une étrange chaise au centre d’un dispositif complexe composé d’un appui-tête, d’une manivelle, de tiges métalliques manipulées par un autre individu au premier plan. La légende de l’image indique : « À leur arrivée à Saïgon, les immigrants chinois sont “ bertillonnés ” comme des criminels ».

Ce reportage est signé par Zo d’Axa, pseudonyme de l’anarchiste et libertaire Alphonse Gallaud de la Pérouse (1864-1930), descendant du navigateur. Ancien militaire en Afrique, et déserteur, éditeur de revues littéraire de l’anarchie à Paris, il est poursuivi par la justice, détenu à la prison de Mazas, s’exile en Angleterre en 1892 et voyage en Orient avant de revenir en France où il est emprisonné une nouvelle fois. Il reprend ses activités d’écrivain engagé, en particulier durant l’Affaire Dreyfus, et décide, en 1902, d’entreprendre un grand voyage autour du monde. Observateur attentif de la répression et opposant des partisans de l’ordre, il rapporte dans ses reportages la vie des opprimés et des laissés-pour-compte comme dans cet article de 1902 où il décrit la sélection imposée aux candidats à l’immigration sur l’île d’Ellis Island à New-York. C’est donc en témoin attentif des contraintes que rencontrent les migrants que Zo d’Axa rend compte des contrôles exercés par l’administration française en Indochine…

Lire la suite de cet article de Ilsen About sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...