Naissance de la censure cinématographique avec la quadruple exécution de Béthune

Philippe Poisson, ancien formateur à l’A.P., gestionnaire du carnet Criminocorpus et membre correspondant du Clamor

Après 15 mois de sommeil, Jacky Tronel réactive son blog « Histoire pénitentiaire et Justice militaire » avec la publication d’un article qui fait suite à la rencontre récente de Christian Demonchy, architecte du Centre de détention de Mauzac : Le nouveau centre de détention de Mauzac : « Club Med » ?

Le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes …  continue cet été l’exploration du blog d’un ami de Criminocorpus, Jacky Tronel  (un jeune retraité natif de Tours) , habitant dans le Bergeracois, et,… par ailleurs directeur de la revue Secrets de Pays | Échos du Pays des Bastides (Lire dernièrement  un  très bel  article sur Les Bastides du Périgord)  . Jacky Tronel est également le fondateur des Éditions Secrets de Pays –  Poisson (Philippe)

Trois des quatre têtes tranchées, de gauche à droite : Théophile Deroo, Abel et Auguste Pollet.

Aujourd’hui : Naissance de la censure cinématographique avec la quadruple exécution de Béthune.

« La quadruple exécution capitale du 11 janvier 1909, à Béthune, passionne les foules, attire la presse écrite ainsi que les actualités filmées. Le jour même de l’exécution publique de quatre des membres de la bande à Pollet – les frères Abel et Auguste Pollet, Canut Vromant et Théophile Deroo – le ministre de l’Intérieur adresse aux préfets une circulaire télégraphique dont le texte marque la naissance officielle de la censure du cinéma français… »

Par  | jeudi 23 août 2012 – Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site Prisons-cherche-midi-mauzac  – Photographie à la une, bande défilante : Photographies prises lors de l’arrestation des principaux meneurs de la bande à Pollet, Archives dép. Pas-de-Calais, 2 U 175. Source

Ce blog consacré à l’Histoire pénitentiaire et à la Justice militaire est né le 19 février 2010. L’exposition sur les prisons parisiennes organisée par le Musée Carnavalet du 10 février au 4 juillet 2010 (à laquelle j’ai participé pour la partie relative aux prisons militaires) en a été l’élément déclencheur.

Les articles mis en ligne concernent d’abord la prison militaire de Paris, dite « Prison du Cherche-Midi », et son annexe de la Santé, la « Prison militaire du Cherche-Midi repliée à Gurs » puis à Mauzac. Sensible à tout ce qui porte atteinte aux Libertés et aux Droits de l’Homme, je me suis également intéressé aux politiques et aux pratiques de contrôle, d’exclusion, de répression et d’enfermement, s’agissant des hommes, des prisons et des camps

Jacky Tronel : Attaché de recherche à la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris), responsable scientifique du programme de recherche sur le Cherche-Midi

Coordinateur de rédaction de la revue d’Histoire Arkheia

Membre du comité scientifique de la revue Histoire pénitentiaire

L’un des administrateurs de la page publique de Criminocorpus sur Facebook.

Contact : tronel.jacky@wanadoo.fr – 06 75 22 98 46

___________________________________________________________________________________________________________________________

POLLETAprès son service militaire, Abel Pollet, alors âgé de 22 ans, et qui avait commis de nombreux larcins depuis sa tendre enfance, commence à grouper autour de lui un certain nombre d’individus. En septembre 1901, il est emprisonné à Loos-lez-Lille. Peu après sa sortie en 1904, il s’acoquine avec plusieurs complices des deux côtés de la frontière franco-belge. Ensemble, ils multiplient crimes et meurtres, semant l’effroi en ville et en campagne, dans un contexte économique et social difficile. Le 30 avril 1906, Pollet est dénoncé par son beau-frère. Dès le 3 mai, la bande sanguinaire est arrêtée manu militari.

Cette terrible «affaire Pollet» a relancé le débat national sur la peine de mort, alors que le président Fallières graciait les criminels. En même temps, elle a aussi contribué à la création des Brigades du Tigre et elle est à l’origine de la censure photographique et cinématographique.

Depuis de nombreuses années, Jacques Messiant parcourt le terrain et fouille les archives pour préserver la mémoire de sa région Flandre-Hainaut-Picardie. Lauréat de divers prix littéraires, il signe ici son quatrième roman dont la légende rivalise avec la réalité.

  • Extrait du livre : 03/10/2015

«L’expiation ! L’exécution de la bande Pollet ! Le Grand Écho vous raconte comment, en huit minutes, quatre têtes sont tombées dans le panier de son. Demandez Le Grand Écho ! Un sou ! Merci, Monsieur ! La Veuve de Deibler a tranché ! Merci, Madame ! Un sou et vous savez tout des aveux de Pollet et sa bande. Découvrez toutes les photos des assassins à l’intérieur des pages. Les têtes coupées au ras du cou, les yeux grands ouverts ! Lisez la dernière lettre d’Abel Pollet à son père !»

Un petit attroupement se formait autour du gamin qui criait la nouvelle devant la gare de Lille, un paquet de journaux sur l’avant-bras. Des hommes en chapeau sortaient la monnaie, tournaient déjà la une à l’abri des courants d’air. Le Grand Écho du mardi 12 janvier 1909, édition du matin, annonçait la quadruple exécution de la veille devant les portes de la prison de Béthune. A l’intérieur, l’atroce tragédie de Violaines était racontée par les assassins eux-mêmes. Des lecteurs pressés survolaient les titres. En caractères majuscules : «L’EXÉCUTION DE LA BANDE POLLET». Sous le titre, plus d’une demi-page était occupée, pour l’essentiel, par un savant montage de photos. En médaillon, et comme en exergue, la tête détourée d’Abel Pollet, le chef de la bande, le «Cartouche du Nord», avait un regard impassible. À sa droite, un dessin naïf montrait un homme marchant au supplice, attendu par un prêtre tenant un christ en main. Le condamné était encadré par les aides du bourreau coiffés d’un haut-de-forme. Une impressionnante guillotine les dominait, à côté de laquelle se tenait Deibler, Anatole de son prénom. On le devinait grave, à sa posture et à son habit. C’était lui l’exécuteur en chef des arrêts criminels. Trois photos complétaient le tableau : le palais de justice de Béthune, d’une architecture classique, et, au-dessous, à gauche, la rue qui mène à la prison, bordée de boutiques dont certaines avaient baissé leur auvent ; à droite, la porte de la prison devant laquelle a été dressée la guillotine. En photos aussi sur la une, le bourreau et ses aides, affichant une mine sinistre, presque angoissée, et sans les légendes qui les présentaient, on aurait pu croire à leur mine patibulaire qu’ils passeraient eux aussi la tête dans la lunette avant le couperet fatal.

«Le Grand Écho ! Demandez ! Un sou ! Cinq centimes !» Des curieux qui se procuraient le journal s’engouffraient dans des cafés-brasseries, non sans consulter leur gousset, et l’on pouvait voir, à travers les vitres embuées où des gouttes traçaient des lignes troubles, des silhouettes s’approcher de ceux qui, à gestes rapides ou mesurés, semblaient faire des commentaires. Parfois une ombre quittait le lecteur-commentateur pour rejoindre le comptoir où d’autres s’exprimaient avec des gestes nerveux où l’on devinait la colère.

«Demandez Le Grand Écho du Nord et du Pas-de-Calais ! Tout sur l’exécution de la bande d’Hazebrouck ! Merci, Madame !» Parfois d’une main hésitante, le gamin cherchait la monnaie au fond de sa poche.

 Auteur : Jacques Messiant

Genre : Documents Essais d’actualité

Éditeur : Ouest-France, Rennes, France

Collection : Documents Histoire


Vous aimerez aussi...