Des élections qui tournent mal (1849)

Quelle mouche a donc piqué les citoyens du paisible village de Saint-Félix de Villadeix les 13 et 18 mai 1849 ? Entraves électorales, menaces, coups et voies de fait à Liorac, émeute et rébellion à Saint-Félix… Une mouche socialiste peut-être ?

Le roi Louis-Philippe 1er (1) ayant abdiqué, la Seconde République a un peu plus d’un an en ce 13 mai 1849 où, pour la troisième fois, les citoyens sont appelés à voter au suffrage universel. Les élections précédentes des 10 et 11 décembre 1848 avaient porté Louis Napoléon Bonaparte (2) à la présidence de la République à une écrasante majorité, en particulier en Dordogne : 88,5 % des voix.

Il s’agit aujourd’hui d’élire les députés à l’Assemblée nationale. L’ambiance est lourde après les émeutes de juin 1848 qui ont fait couler le sang d’innombrables victimes. Toutes les libertés acquises depuis l’avènement de la Seconde République en février 1848 ont été supprimées par le parti de l’Ordre rassemblant (provisoirement) légitimistes et orléanistes, l’immense majorité des catholiques et des bourgeois effrayés par la récente menace de révolution sociale. En face, la Montagne regroupe tous les partisans d’une République démocratique et sociale. Quant aux ouvriers, une loi récente subordonnant leur droit de vote à un séjour de trois ans dans la même commune restreignait leurs suffrages. On comprend mieux que, dans de telles circonstances, les esprits se soient échauffés au cours de ces journées d’élections, même au plus profond de la Dordogne…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Jean-François Tronel (le petit frère de Jacky Tronel, Auteur à Esprit de Pays Dordogne-Périgord) dans la revue Espritdepays)

Secrets de Pays | Échos du Pays des Bastides

Les Éditions Secrets de Pays


Vous aimerez aussi...