Des gravures énigmatiques, et des graffitis étranges dans l’ancienne prison de la porte de Bourgogne de Moret-sur-loing

Crédit photographique Jean-Paul Debleau

Des gravures énigmatiques, et des graffitis étranges dans l’ancienne prison de la porte de Bourgogne.

ÉTRANGES PRISONS. – Au XVII ème siècle et jusqu’en 1724 où une déclaration royale mettra fin au système, elles ne sont pas gérées par l’État mais affermées à des geôliers.

À Moret-sur-Loing, la surveillance était exercée par un geôlier unique qui ne couchait pas à la prison. Il se contentait de porter plusieurs fois par jour, la nourriture et la boisson nécessaire aux prisonniers. Sans doute nommé par les officiers du baillage, il exerçait bien souvent une autre profession, en décembre 1743 le geôlier est François Grégoire, cordonnier de son état.

Extrait de texte.

« Beau parleur, joyeux luron, Savinien Cousin s’était mis dans les bonnes grâces du geôlier Louis Corhinon et de sa femme Anne-Françoise Grégoire. Il leur inspirait une entière confiance.

Le 15 juillet 1776, la femme Corhinon accompagnée  de sa fille Marie-Françoise vint porter le pain aux prisonniers et, à l’habitude, ouvrit les portes des salles du  premier et du deuxième étage, Cousin, toujours jovial et empressé débita ses coutumières facéties, et, au moment ou la geôlière, ouvrant la porte donnant sur l’escalier se préparait à sortir, il lui saisit le bras, la repoussa vivement, se précipita dans l’escalier et disparut.

Un second prisonnier, Maurice Pouvel, se disposait à le suivre, mais trop tard. Il fut en effet coincé dans la porte que referma sur lui la gardienne, pendant que la fille Marie-Françoise, alertée par les cris verrouillait la porte d’entrée.

Crédit photographique Jean-Paul Debleau

Dans le procès-verbal dressé en suite de cette évasion, nous trouvons de savoureux détails sur l’existence des prisonniers. Un de ceux-ci, entendu comme témoin : Jean-Baptiste Lebègue, laboureur à Villecerf, dépose que le 10 juillet, Cousin reçut la visite d’un de ses beaux-frères porteur d’une bouteille de vin qui fût joyeusement vidée en compagnie du geôlier. Le dimanche suivant un frère du même Cousin vint à son tour le voir et lui fit  don d’une « fricassée de veau et d’un gâteau» dont tous se régalèrent. Cousin mis sans doute de fort bonne humeur par ce repas improvisé « pris sur ses genoux la femme Corhinon et la fit sauter en présence de son mari », je cite textuellement.

Après le départ des gardiens, Cousin qui décidément ne perdait pas la carte, et prenait toutes ses précautions en vue de la fugue projetée, interpella trois jeunes filles de Villecerf qui passaient sous la porte et leur demanda si elles voulaient bien emporter son habit et le remettre au sieur Jessé à Fossard. Sur leur réponse affirmative, il fit aussitôt un paquet de ses vêtements et leur jeta par la fenêtre du côté du pont. » Auteur inconnu.

L’intégralité de ce texte et des photographies – excellent document de Jean-Paul Debleau


Vous aimerez aussi...