La philosophie face à ses monstres

Freaks La monstreuse parade 1932 directed by Tod Browning Johnny Eck• Crédits : COLLECTION CHRISTOPHEL / RnB © Metro-Goldwyn-Mayer Pictures – AFP

Corps informes, freaks, mondes sans hommes… une philosophie du monstre est-elle possible ?

Deux publications ont aujourd’hui attiré mon attention, deux publications qui m’ont même fascinée : car, elles témoignent, justement, de la fascination de la philosophie pour l’horreur, pour le monstrueux…

Plus précisément, elles soulèvent une question très proche, voire similaire, en partant de l’horreur et du monstrueux : la question de l’identité de ce qui ne nous ressemble pas, de ce qui nous dépasse, de ce qui est hors de contrôle, de nos catégories, de notre raison et du raisonnable, la question, donc, de l’identité de ce qui n’est pourtant pas du tout identique à nous et suscite en cela sidération, fascination ou horreur…

Le Journal de la philo par Géraldine Mosna-Savoye

Pour en savoir plus sur le site de France culture


Vous aimerez aussi...