Prisonniers de guerre en Allemagne

Un stalag et son mirador

La captivité est-elle une privation totale de liberté?

Mais qu’est-ce que la liberté? Lorsque je mens, je suis libre de cacher la vérité. Je pense une chose et suis libre d’en dire le contraire. Lorsque j’exprime mon opinion, je suis libre. La liberté s’applique à toutes sortes de situations et définit une action envers une possibilité déterminée. L’état de captivité ne concerne que l’entrave à mener une existence que l’on qualifie de normale. La captivité revêt des caractères négatifs, tels que la privation du confort, la délimitation d’un espace de liberté et de mouvement, délimité par une frontière matérielle, l’obligation de vivre dans une société exclusivement masculine et être victime de ce qu’on appelle le “mal du pays”. La vie en communauté pousse à réaliser des actions que le prisonnier de guerre n’aurait pas envisagé auparavant, et le caractère provisoire sans durée connue de la captivité, revêtent une forme originale de cette captivité. Certaines privations ont été infligées aux prisonniers de guerre, certaines de leurs libertés enfreintes…toutefois il est des libertés, souvent d’ordre psychologiques ou mentales, qu’aucune restriction ou mesure n’ait su contraindre. Lorsque la liberté est contrainte, l’homme est en situation de souffrance et de détresse, quel que soit le niveau de contrition.

Pour lire le dossier complet sur Ruffineck44.blogspot.fr/


Vous aimerez aussi...