Le Joker (John Burdett)

« Burdett, c’est comme les gâteaux chinois à la noix de coco : impossible d’arrêter d’en manger avant de les avoir finis. » Patrick Besson

L’inspecteur Jitpleecheep se rend sur la scène d’un crime perpétré à deux pas du commissariat. La surprise qui l’attend est de taille : la victime, une adolescente, a été décapitée… à mains nues. Une inscription en lettres de sang a été laissée à son attention.

Quelques jours plus tard, il est dépêché sur les rives d’un fleuve à l’extérieur de Bangkok, où il assiste à un double meurtre aussi révoltant qu’inexplicable. Les deux affaires l’entraînent au coeur de la jungle cambodgienne, à la recherche du Joker, un homme capable d’exploits physiques extraordinaires. Aidé par une nouvelle coéquipière aux méthodes très différentes des siennes, le célèbre flic bouddhiste remonte aux sources d’un complot mêlant la CIA et les gouvernements thaï et chinois, prêts à tout pour protéger leurs secrets.

« Dans les polars thaïlandais enfiévrés de John Burdett, les enquêtes policières ont tout d’un peep show psychédélique. Il écrit avec une maîtrise telle qu’on ne peut que saluer les multiples facettes de son univers. » The New Yorker

DERNIER DÉLIT : Le Joker paru le 23 Février 2017
RELEVÉ DES CONDAMNATIONS : Cet ex-avocat anglais, fin connaisseur de l’Asie a longtemps vécu à Hongkong et à Bangkok. Il a donné naissance à un héros singulier, placé dans un décor exotique qui est devenu un des personnages de sa trilogie. Sonchaï Jitpleecheep, né des amours d’une fille de bar thaïe, aujourd’hui tenancière de bordel, et d’un GI américain, est un inspecteur de la police de Bangkok, par ailleurs bouddhiste pratiquant et d’une intégrité à toute épreuve. Travaillant dans le quartier chaud de la ville, le 8e District, où règnent trafics et corruption, il se retrouve plongé dans des enquêtes difficiles. Chaque fois, il doit faire preuve d’astuce et de diplomatie, tout en appliquant ses propres règles morales. Créant un univers qui met à mal bien des clichés occidentaux sur les sociétés orientales, l’auteur bâti des intrigues inventives. Avec une ironie mordante, il dépeint, d’une écriture sèche et rapide, une ville dangereuse et vénéneuse, qu’il observe avec un regard décalé, très politiquement incorrect. James Ellroy considère déjà comme un grand cet écrivain qui offre une audacieuse radiographie d’un monde cruel et sensuel.

La collection Sang d’Encre est emblématique des Presses de la Cité.

C’est une grande dame qui s’enorgueillit de faire partie d’un « mauvais genre » et qui s’est enrichie d’auteurs prestigieux au fil des ans, tels que Martha Grimes, Elisabeth George, Mo Hayder ou John Connolly.

Mais notre grande dame avait pourtant besoin d’un léger lifting. C’est chose faite avec une maquette revisitée, élégante et actuelle, qui met en avant le nom des auteurs, tout en respectant les codes du polar.

Elizabeth George, la première, revêt ces nouveaux atours avec Le cortège de la mort, roman magistral qui marque le grand retour de l’inspecteur Lynley ! Suivront nos auteurs fétiches et nos coups de cœur pour 2011, un festival de conspirations, de faux-semblants, de manipulations et de frissons… qui s’annoncent comme autant de plaisirs de lecture !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *