Quand Paris était le bordel de l’Europe

Vers le Sud de Laurent Cantet, Lady Bar de Xavier Durringer, Paradis : amour d’Ulrich Seidl… Des films qui, parmi d’autres réalisés ces deux dernières décennies, ont mis en scène le tourisme sexuel des Européen.ne.s sur différents continents. Ce dernier est en effet presque exclusivement pensé comme une pratique de voyageurs des pays occidentaux ou industrialisés dans les pays émergents — les Caraïbes et l’Asie du Sud-Est étant particulièrement étudiés. Mais, à la fin du XIXe siècle, ce n’est point Pattaya, Marrakech ou Béjaïa, mais Paris qui attire les touristes avides de plaisirs charnels.

L’extension du réseau ferré français et européen, l’amélioration et le développement de l’hôtellerie parisienne, les Expositions universelles font du Paris haussmannien l’une des principales destinations touristiques de l’époque. Cependant, au tourisme culturel qui célèbre le patrimoine parisien et l’offre culturelle et intellectuelle de la capitale se substitue progressivement dans la seconde moitié du XIXe siècle un tourisme récréatif orienté vers les loisirs. Dans ce tourisme de divertissement, la fréquentation des lieux de racolage et de prostitution parisiens, de même que la connaissance charnelle de « la Parisienne », tiennent une place considérable.

  • Gonzalez-Quijano L., 2015, Paris, capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisir à Paris au XIXe siècle, Paris : Vendémiaire.

Pour en savoir plus lire le billet publié par  le 4 septembre 2017 sur le site https://sms.hypotheses.org/10021


Vous aimerez aussi...