Mauvais genre – Les travestis à travers un siècle de photographie amateur

Avec un corpus exceptionnel de 200 images anonymes réunies par Sébastien Lifshitz, ce livre explore un siècle de travestissement (1880-1980) avec une réjouissante audace.

Mauvais Genre présente des hommes et des femmes revêtant les attributs vestimentaires du sexe opposé. Prises dans un studio photographique à la fin du XIXe siècle ou dans les coulisses des cabarets des années 30, dans l’intimité de la chambre ou sous le flash d’un appareil Polaroid, sagement posées ou complètement délurées, ces photographies constituent un corpus aussi insolite que précieux.

© Collection Sébastien Lifshitz. Courtesy galerie du jour Agnès b.

Chinées aux puces et sur internet par Sébastien Lifshitz, ces images racontent des identités chahutées qui ont trouvé dans la transgression vestimentaire l’instrument de leur liberté. Elles rappellent aussi à quel point (et avec quel poids) le costume a reflété l’ordre social et normatif assignant à chacun son rôle selon son sexe.

Trouble dans le genre, plaisir du travestissement, beauté saisissante et familière du snapshot… les auteurs de ce livre nous éclairent sur ce pan méconnu, souvent tu, des représentations hommes/femmes, au carrefour de la vie privée, de l’histoire de l’homosexualité et du militantisme féministe.
Sébastien Lifshitz est cinéaste, auteur notamment de : Les Invisibles (2012, César du meilleur film documentaire), Bambi (2013) et Les Vies de Thérèse (2016). Il est collectionneur de photographie amateur depuis une vingtaine d’années.Christine Bard est professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, membre du CERHIO. Spécialiste de l’histoire des femmes et du féminisme, elle travaille, entre autres, sur le genre des apparences (Une histoire politique du pantalon ; Ce que soulève la jupe).

Isabelle Bonnet a travaillé dans la photographie de mode avant de poursuivre des études d’histoire de l’art. Sous la direction de Michel Poivert, ses recherches ont notamment porté sur les photographies des travestis de la Casa Susanna.

 

« Un très beau livre dans un écrin rouge sang qui en exalte
l’émotion troublante. » Le Monde

« Un magnifique ouvrage, réflexion à cliché ouvert sur cette construction qui nous concerne tous : l’identité. » Les Inrockuptibles

« Une ode à la déviance, aux rebelles et aux marginaux. » Grazia


Vous aimerez aussi...