Il y a 75 ans, la grande rafle de Bruxelles

Arrêté avec ses parents lors de la rafle du 3 septembre 1942, Henri Kichka est le seul membre de sa famille à être revenu des camps de la mort. Agé aujourd’hui de 91 ans, il tient entre ses mains une photo prise en 1938 sur le boulevard Anspach à Bruxelles. De gauche à droite, on y voit ses soeurs Bertha et Nicha, Joseph, son père, Hanna, sa mère, et lui-même. (Photo : Ronald Dersin)

Au début de la Seconde Guerre mondiale, les quartiers entourant la gare du Midi étaient habités par une importante communauté juive. Elle a quasiment disparu à la suite des déportations vers le centre d’extermination d’Auschwitz. Dans les jours prochains, l’Association pour la Mémoire de la Shoah rendra hommage aux victimes de la rafle de Bruxelles, perpétrée le 3 septembre 1942, soit quelques semaines après celle du Vel d’Hiv à Paris. Ce soir-là, dans les rues proches de la grande station ferroviaire, dans les Marolles, à Anderlecht, à Saint-Gilles, des centaines de juifs furent arrêtés par les nazis. Une autre grande rafle eut lieu dans la capitale en septembre 1943, mais la traque était quotidienne en Belgique. Des familles juives disparaissaient, s’évaporaient. Dans le silence, climat de terreur oblige. Les témoins de cette époque se raréfient. J’ai retrouvé quelques-uns. Inge Schneid, Henri Nowak, Bernard Fenerberg, Henri Kichka. Leurs histoires sont différentes mais pour chacun d’eux, le temps s’est arrêté. Trop de peur, trop de souffrances, trop de morts, ces survivants ont été blessés à vie.

Publié le 31 Août 2017 par Michel Bouffioux in Paris Match Belgique

Désormais en accès libre sur ce site, un dossier publié dans Paris Match (Belgique), le 31 août 2017 [pdf] 070-079PMB834[1989] BAT

Site de Michelbouffioux

 


Vous aimerez aussi...