La prison d’Arras sous l’Occupation : des prisonniers témoignent

Sise dans la rue Saint-Nicaise (devenue aujourd’hui rue des Carabiniers d’Artois), la maison d’arrêt d’Arras, construite à partir de 1863 sur les plans de l’architecte Eppelet, accueillit son premier détenu le 30 octobre 1866. Elle succédait à la prison des Dominicains, inaugurée sous la Terreur et devenue trop vétuste. Elle fut bâtie sur l’emplacement du jardin de l’ancien couvent de la Paix de Jésus, dont subsiste encore une partie de l’enclos. La chapelle Notre Dame de Lorette, qui s’élevait à l’une de ses extrémités, fut en revanche détruite pour l’occasion. Prison d’arrondissement, la prison de Saint-Nicaise contenait en temps normal de 8 à 10 femmes et de 50 à 80 hommes. On pouvait toutefois y loger décemment 50 femmes et près de 180 hommes. Bombardée au cours de la Première Guerre mondiale, elle avait été évacuée du 26 août 1915 au 16 mai 1919.

Au début de l’année 1940, l’établissement était dépourvu de tout confort : pas d’eau courante, aucune commodité dans les cellules ou chambrées chauffées par des poêles Godin. Les locaux se composaient de six grands ateliers et de quatre plus petits, reliés à autant de dortoirs, ainsi que d’une quarantaine de cellules individuelles. Le personnel d’avant-guerre comprenait un surveillant-chef, un greffier et quatre à six surveillants, sans compter deux religieuses du Bon Pasteur chargées du quartier des femmes. Un médecin, le docteur Georges Paris, venait à la prison deux ou trois fois par mois pour soigner les détenus malades et un aumônier catholique, le père Roy, y exerçait son ministère…

Lire la suite de cet article de Jean-Claude Fichaux sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2011, 30 juin). La prison d’Arras sous l’Occupation : des prisonniers témoignent. Criminocorpus. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd0u

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search