Guy Desnoyer : prêtre et assassin.

Guy Desnoyers dans l’affaire du curé d’Uruffe en France, en 1958. © Getty / Keystone-France / Contributeur

L’histoire du curé d’Uruffe ou l’histoire d’un malheur qui a plongé un village de l’Est de la France et tout le pays dans l’effroi.

Un matin de décembre 1956, on découvre dans un fossé le corps d’une jeune femme enceinte, assassinée. Le lendemain, un homme avoue le crime. Il s’appelle Guy Desnoyer. C’est un prêtre.

Si au lendemain des faits et lors du procès en France et à l’étranger l’affaire a fait grand bruit dans la presse, on ne trouve aucune archive radiophonique, télévisuelle ou cinématographique sur ce drame… Idem pour le procès…

AFFAIRES SENSIBLES du mercredi 6 septembre 2017 par Fabrice Drouelle

Invité de l’émission France Inter : Jean-Pierre Bigeault psychanalyste et auteur du livre Le double crime de l’abbé Desnoyers publié chez L’Harmattan.

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de l’émission France inter.fr

Parution du livre le 1er juillet 2008 – Le 3 décembre 1956 un homme de 35 ans, prêtre de son état, assassine sa jeune maîtresse après avoir tenté de lui donner l’absolution. Puis lui ayant ouvert le ventre, il la libère de son enfant de 8 mois qu’il baptise et poignarde. D’où vient, où va le crime dans la préméditation de sa logique inconsciente ? Car, pas plus que le diable, le monstre d’Uruffe ne tombe du ciel ni de l’enfer. Une  » sombre fraternité  » nous unit à cet homme perdu dans sa nuit – notre nuit – et si un dieu l’attend, au détour du  » sexe et de l’effroi « , il est aussi l’un de nous.

Psychanalyste, Jean-Pierre Bigeault a mis à profit sa première expérience d’éducateur et d’enseignant pour éclairer la place de l’inconscient dans le projet d’éduquer ou de former l’autre. Il s’est attaché à montrer que la violence des interdits qui condamnent l’accès au savoir – ne fût-ce qu’en en détournant le sens – continue de frapper, y compris à travers les institutions qui, dans le prolongement de la famille, prétendent détenir et protéger la vérité. La poésie reste pour Jean-Pierre Bigeault l’ultime recours. Elle écoute aux portes verrouillées et parfois les traverse sans bruit.


Vous aimerez aussi...