Le camp de Drancy raconté de l’intérieur… en dessins

Georges Horan-Koiransky a vécu plusieurs mois au sein de ce qui fut le principal camp d’internement et de transit en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a dessiné ce qu’il voyait. Ce témoignage graphique fait l’objet d’une exposition au Mémorial de la Shoah jusqu’au 15 avril.

Sur le chemin de ronde – strictement interdit sous peine de mitraille -, une fillette s’est aventurée pour cueillir des fleurs. A quelques mètres de hauteur, sur un mirador, un homme armé l’a repérée. « Le gendarme n’a pas tiré », commentera Georges Horan-Koiransky. Cette scène prend forme à travers son coup de crayon : bien réelle, elle s’est produite à Drancy, pendant la Seconde Guerre mondiale, dans le principal camp d’internement et de transit français. Georges Horan-Koiransky y a vécu plusieurs mois. Ce qu’il a vu, il l’a dessiné. Jusqu’au 15 avril, 56 de ses estampes sont présentées au Mémorial de la Shoah de Drancy…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  Florian Niget | 14 septembre 2017 sur le site le parisien



Citer ce billet
Philippe Poisson (2017, 16 septembre). Le camp de Drancy raconté de l’intérieur… en dessins. Criminocorpus. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nde8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search