Histoire de l’eugénisme en France. Les médecins et la procréation (XIXe-XXe siècle) – Anne Carol

Parution du livre le 15 septembre 1995 – Portés par la mission de régénérer l’humanité, et par le désir de progrès et de soins de la société tout entière, les médecins quittent au XIXe siècle les chemins balisés de l’hygiénisme pour s’aventurer dans ceux d’un eugénisme en construction. Angoisse de la dégénérescence ou de la dépopulation, combat contre la mortalité infantile ou les maladies sociales, tout est prétexte à un projet de surveillance des unions, de tri des procréateurs, de dépistage des tares, où le médecin affirmera son utilité sociale et rendra effective la plus achevée des prophylaxies. Ce projet, vers lequel convergent des médecins venus de tous les horizons et de toutes les disciplines, se bâtit sur des savoirs fragiles, traversés de mythes et d’idéologies ; surtout, il se heurte à une pratique libérale, effrayée par les audaces interventionnistes et autoritaires des plus ardents eugénistes. C’est la raison pour laquelle, au-delà de positions parfois extrêmes, l’eugénisme médical ne trouve à s’exprimer que dans l’instauration de l’examen prénuptial en 1942. Pendant, plus d’un siècle, il aura pourtant constitué le centre d’un discours touffu, révélateur des ambitions sociales et des valeurs contradictoires d’un monde médical en pleine Ascension.

Anne Carol est historienne. Professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille I et membre de l’Institut universitaire de France, elle a notamment publié Histoire de l’eugénisme en France. Les médecins et la procréation, XIXe-XXe siècle (Seuil, 1995), Les Médecins et la mort, XIXe-XXe siècle (Aubier, 2004, Prix de la Société française d’histoire de la médecine) et Physiologie de la veuveUne histoire médicale de la guillotine (Champ Vallon, 2012). Elle co-anime un séminaire sur l’histoire du corps à l’EHESS et participe à la monumentale Histoire des émotions (Seuil) sous la direction d’Alain Corbin.

Revue de presse : L’eugénisme n’est pas nouveau, déjà en 1756 Vandermonde écrivait « Puisqu’on est parvenu à perfectionner la race des chevaux, des chiens, des chats, des poules, des pigeons, des serins [sic], pourquoi ne ferait-on aucune tentative sur l’espèce humaine  ? » Attention, l’eugénisme ne consiste pas seulement à diminuer le nombre des inaptes et à accroître le nombre des doués. Très vite l’esprit de caste se glisse dans ces théories où l’homme tout-puissant prend en main le destin de l’Humanité.

Voici un livre d’historien dense et bien construit, qui montre comment les démocraties autant que les régimes totalitaires savent concocter des théories pour leurs opinions publiques, afin de justifier l’élimination des  » gêneurs  » dont on ne sait que faire, qu’ils soient embryons surnuméraires, vieillards grabataires ou malades mentaux. De quoi méditer… – Psychonet.fr

  • Éditeur : Seuil
  • Collection : UNIVERS HISTORIQUE

Vous aimerez aussi...