« La séance est ouverte » : 1899, Cour d’Assises, le procès Déroulède

jeudi 2 février 2017 par Jean Lebrun – « La séance est ouverte » : 1899, Cour d’Assises, le procès Déroulède

Plus d’une fois, la République a été sauvée par la maladresse de ses adversaires …

On se souvient des fastes de l’année 1900 mais les deux années qui les ont précédés ont été à bien des égards funestes pour la République. L’affaire Dreyfus est à son paroxysme : en 1898, des centaines d’incidents visent les juifs dans tout le pays.

Paul Déroulède n’est pas à classer parmi les antisémites. Néanmoins la Ligue des patriotes qu’il anime n’est pas, comme son nom l’indique, un parti qui cherche l’accommodement. Et son vocabulaire est clairement nationaliste : chaque opportunité doit être saisie qui permettrait de prendre sa revanche, à l’extérieur contre l’ennemi, à l’intérieur contre le système…

LA MARCHE DE L’HISTOIRE jeudi 2 février 2017 par Jean Lebrun

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de France inter

_____________________________________________________________________________________________________________________

Parution du livre le 12 novembre 1998 – Dans la galerie des hommes célèbres du XIXe siècle, Paul Déroulède, né en 1846 et mort en 1914, détient le curieux record des clichés et des idées reçues. On se moque des mauvais vers du poète, on se souvient des tirades revanchardes de ce soldat de la nation. Son nationalisme Belle Epoque paraît hors de propos et ses talents d’agitateur démontés par le coup d’Etat ridicule de 1899. C’est oublier que Déroulède incarne l’opposant majuscule de la IIIe République. Sa surprenante longévité politique lui fait côtoyer ou combattre tous les ténors de l’époque : Gambetta, Ferry, Jaurès, Clemenceau, Barrès, Drumont, Maurras. Il joue un rôle décisif dans toutes les grandes crises de la République depuis le boulangisme jusqu’à l’affaire Dreyfus, en passant par les scandales des décorations ou de Panama. Surtout, par son obsession de la revanche contre l’Allemagne, il doit être considéré comme l’ ” inventeur ” du nationalisme à la française, au point que ses Chants du soldat nourriront l’idéologie et l’imaginaire du peuple jusqu’en 1939. Grâce à une enquête dans toutes les sources disponibles, dont beaucoup d’inédites, Bertrand Joly a écrit la première biographie complète de ce soldat-poète-agitateur. Sur l’antisémitisme et la naissance du nationalisme français, sur la ligue des patriotes, sur l’histoire d’un coup d’Etat curieusement oublié jusqu’alors par les historiens, ce livre apporte une lumière originale.

Bertrand Joly, ancien élève de l’Ecole des Chartes et docteur en histoire, a notamment travaillé sur l’affaire Dreyfus et les mouvements nationalistes.

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Parution du 26 juin 2008 – Un étude approfondie sur une période charnière de la vie politique française : avec le déclin des partis monarchistes – royalistes de diverses tendances, bonapartistes – une nouvelle droit apparaît, porteuse de nombreux courants se déterminant par des termes appelés à marquer le XXe siècle : nationalisme, patriotisme, antisémitisme… Une partie importante est consacrée au boulangisme, carrefour des oppositions à la nouvelle République et moment important – quoique éphémère – de la vie politique française. L’ensemble de cette étude éclaire la genèse d’une partie des idées politiques et des partis – ou courants de pensée – qui vont façonner l’histoire de France au XXe siècle.

Bertrand Joly, ancien élève de l’Ecole des Chartes et docteur en histoire, a notamment travaillé sur l’affaire Dreyfus et les mouvements nationalistes.

Éditeur : Les Indes savantes

____________________________________________________________________________________________________________________

Parution du livre le 22 mai 2014 – Trois thèmes principaux font l’objet de ce livre, qui pourrait aussi s’intituler : le Moi national et ses maladies. D’abord le nationalisme – ou plutôt les nationalismes, car le mot peut recevoir plusieurs définitions : le nationalisme ouvert, issu de la philosophie des Lumières et des souvenirs de la Révolution, et le nationalisme fermé, fondé sur une vision pessimiste de l’histoire, l’idée de la décadence et l’obsession de l’identité.

Ensuite, l’exploration des imaginaires et des mythes de l’extrême droite, voire de ses délires quand il s’agit de l’antisémitisme.

Enfin, le bonapartisme et le fascisme sur lesquels une historiographie récente est revenue.

Une synthèse irremplaçable sur les passions politiques des droites françaises de Boulanger à de Gaulle et de Drumont à Le Pen.

Michel Winock :  Professeur émérite des Universités à Sciences Po. Auteur de nombreux ouvrages, il a obtenu le prix Médicis essai pour Le Siècle des intellectuels (1997) et le prix Goncourt de la biographie pour Madame de Staël (2010). Il publie au Seuil Les Derniers Feux de la Belle Époque. Chronique culturelle d’une avant-guerre (1913-1914).

  • Editeur : Points; Édition : édition revue et augmentée
  • Collection : PTS HISTOIRE

Vous aimerez aussi...