Brutes ou braves gens ? La violence et sa mesure (XVIe-XVIIIe siècle), Antoine Follain (dir.)

« Comme l’indique son titre en forme de boutade, cet ouvrage est consacré à la mesure de la violence de l’époque moderne par les historiens, souvent appréhendée à partir des taux d’homicides élaborés à partir de sources judiciaires. Nouveau jalon dans une longue tradition de débats autour de la diminution de la violence, il réfute le modèle élasien de la « civilisation des mœurs », qui aurait mené in fine à des « mœurs enfin dignes, sinon apaisées » au XVIIIe siècle (Hervé Piant, p. 6). S’il n’aborde pas directement la tension entre brutalité et violence et ne cherche pas à élaborer un modèle alternatif, il est extrêmement utile pour faire le point sur les types de sources disponibles et leur apport respectif. S’adressant tant aux étudiants qu’aux spécialistes, cet ouvrage est, de plus, véritablement collaboratif, associant autour d’Antoine Follain, les contributions de chercheurs confirmés et les résultats de plusieurs années de séminaire de recherche. Ce choix original et stimulant permet de mettre en regard réflexions méthodologiques, édition de sources et études de cas. (…) »

Lire la suite du compte rendu proposé par Marie Houllemare de l’ouvrage Brutes ou braves gens ? La violence et sa mesure (XVIe-XVIIIe siècle), Antoine Follain (dir.), Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2015, 532 p., dans la revue Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...