Le grand soir – Voyage dans l’imaginaire révolutionnaire et libertaire de la Belle Epoque écrit par Aurélie Carrier (Libertaria)

Manifestation des mineurs dans le Pas-de-Calais en 1906 – illustration dans Le petit journal © Getty / Photo 12

L’histoire est une discipline. Mais la préparation d’un livre sur le Grand Soir, comme la préparation du Grand Soir lui-même, suppose d’abord l’indiscipline.

Nous sommes autour de 1900, dans une atmosphère de changement de siècle. Il y a peu, les ruines du Paris de la Commune fumaient encore ; les hommes en habit noir de la Troisième République sont au pouvoir mais les anarchistes ne veulent pas passer la moindre alliance avec eux. Leur but, c’est l’émancipation, sans compromis. Ils veulent croire que sous leurs coups de boutoir le vieil ordre bourgeois vermoulu va s’écrouler. Il y aura un soir, il y aura un matin, un soir chantera le coq rouge et l’aube se lèvera sur une ère nouvelle où les gueux camperont dans les maisons des riches…

Invitée de l’émission : Aurélie Carrier, correctrice de presse et historienne

LA MARCHE DE L’HISTOIRE du vendredi 22 septembre 2017 par Jean Lebrun

Pour en savoir plus sur le site de France inter.fr

Parution du livre le 4 mai 2017 – « Tous ces spoliés commencent à perdre patience et à s’acheminer vers la Révolution. Bientôt, peut-être, les ténèbres traversées de flammes du Grand Soir couvriront la terre. Puis viendra l’aube de joie et de fraternité. Et l’humanité nouvelle évoluera vers de splendides destins. » Adolphe Retté, Le Libertaire, 1899.

À la fin du XIXe siècle, l’attente du Grand Soir exprime l’espoir d’un bouleversement violent et radical de l’ordre social existant. Cette croyance millénariste en l’éclosion d’un monde régénéré grâce à la révolution sociale est caractéristique de la mythologie libertaire qui se forme alors. Une vision insurrectionnelle qui influencera les syndicalistes révolutionnaires.

Ce livre se propose d’étudier les représentations qui composent l’imaginaire du Grand Soir, et leurs interactions avec celui de la grève générale.

La puissance d’attraction et la capacité de retentissement du Grand Soir débordèrent les cercles libertaires pour pénétrer les masses populaires. Repérer l’influence d’une telle construction imaginaire sur les pratiques sociales permet de questionner l’espace des possibilités entre la réalité sociale et ses représentations, et la généalogie des utopies, disparues ou renaissantes.

Aurélie Carrier est née en 1987. Titulaire d’un master 2 d’histoire contemporaine, elle est correctrice de presse pour plusieurs titres, quotidiens et hebdomadaires. Le Grand Soir est son premier ouvrage.

 


Vous aimerez aussi...