André Laude, poète anarchiste

André Laude (archives Marie-Pierre Aynès)

Le poète Tristan Cabral déclara un jour à son propos : « Il était terrible, il n’a fait aucun compromis, il est mort dans la misère. » C’est le parcours oblique et funeste de ce fils de mineur du Nord qu’un poète, un autre, André Chenet, nous conte ici — ces trois-là se connurent : le portrait prend dès lors des airs de témoignage. Pour Laude, la poésie devait accompagner le « développement social et humain vers la justice et le plus de liberté possible » ; elle pouvait « créer de l’être ensemble ». L’homme, qui se décrivait comme un écrivain la corde au cou, fut opposant à la guerre d’Algérie, emprisonné durant un an, torturé par des parachutistes ; on le retrouva ensuite à Cuba puis en Algérie, sous le nouveau régime de Ben Bella. Il était anarchiste, communiste libertaire ; il jurait pisser de l’encre et du sang.  Par André Chenet sur le site de la Revue-ballast pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...