Migrations ou “invasions barbares”

Entre archéologie, histoire et… idéologie

Carbone 14, le magazine de l’archéologie par Vincent Charpentier

IntervenantBruno Dumezil maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, spécialiste du haut Moyen-Age.

Pour en savoir plus lire le billet publié le 24 septembre 2017 sur le site Franceculture.fr

Au cœur de nombreux débats contemporains, la question des migrations est devenue un enjeu majeur, au point de faire oublier que les grandes vagues migratoires ne sont pas le propre de notre époque.

L’archéologie apporte des informations essentielles sur ces mouvements de population à grande échelle qui se sont succédé de la Préhistoire – avec les premiers Hominidés quittant l’Afrique – au XXIe siècle. Volontaires ou contraintes, ces migrations ont induit diaspora, colonisation, métissage, intégration et ségrégation.

Confrontant les données archéologiques, historiques, génétiques, géographiques, démographiques et linguistiques, Archéologie des migrations propose un réexamen critique des sources disponibles. Cet ouvrage a pour ambition de mettre en perspective de nouvelles hypothèses scientifiques et d’aller au-delà de la simple observation des mouvements de population, en abordant notamment les contacts entre les migrants et les sociétés qu’ils rencontrent.

Lire un extrait sur Calameo

Site de l’ inrap

Dominique Garcia est président de l’Inrap et professeur des Universités.

Hervé Le Bras est directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche émérite à l’Ined.


Vous aimerez aussi...