La musique sous l’Occupation

LE MAG DE L’ÉTÉ 2016 –  Leila Kaddour-Boudadi

La musique ne dit pas avec des mots, mais est-elle totalement apolitique ?

On découvre grâce aux lumières de Karine le Bail dans son livre La musique au pas (Editions du CNRS) comment l’Allemagne nazie va utiliser la musique, et surtout la musique classique, pour mieux asseoir son empire en France entre 1940 et 1944. Une véritable machinerie de la propagande a été orchestré à Paris pour s’accaparer le prestige et l’émotion que suscite la musique sur le public parisien, justement pour lui faire retourner sa veste et se le mettre dans la poche, au moyen d’une musique « supérieure ». Karine le Bail, elle-même musicienne, historienne au CNRS, revient sur ce travail de recherche et d’exploration du passé…

LE MAG DE L’ÉTÉ vendredi 12 août 2016 par Leila Kaddour-Boudadi

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de l’émission  France inter.fr/

Couverture du livre « ‘La musique au pas – être musicien en France sous l’occupation » de Karine Le Bail, Cnrs editions

Parution du livre le 24 mars 2016 – Dans la France occupée, la musique est un outil essentiel de l’ambitieux dispositif culturel allemand. L’Allemagne ne se proclame-t-elle pas le pays de la musique,  » Deutschland, das Land der Musik  » ? Pour les vainqueurs, il ne fait aucun doute que la musique française doit s’incliner devant le génie allemand.

Durant quatre ans, une frénésie de musique s’empare alors de la population : théâtres bondés pour acclamer les grands solistes germaniques, mondanités franco-allemandes autour des concerts de prestige au service de la collaboration, artistes de renom offrant leur talent au poste allemand Radio-Paris…

Qu’est-ce donc alors qu’être musicien en situation d’occupation ? Est-ce que jouer engage ? Peut-on parler d’une musique  » collaboratrice « , ou  » résistante  » ? Comment la scène musicale a-t-elle réagi à l’exclusion de ses artistes juifs, à la collaboration de ses plus éminents compositeurs et interprètes ? Quelle a été, enfin, la réalité et la portée de son épuration ?

Karine Le Bail signe la première grande étude sur cette mise au pas de la musique sous l’Occupation, et dévoile, à partir d’archives inédites tant françaises qu’allemandes, un pan méconnu de la vie culturelle des années noires.

Prix 2016 du meilleur livre sur la musique dans la catégorie  » essai  » décerné par l’Association professionnelle de la critique de théâtre, musique et danse.

Karine Le Bail – France Musique

Chercheuse au CNRS (Centre de recherches sur les arts et le langage – CRAL, CNRS/EHESS), l’historienne Karine Le Bail mène des travaux qui relèvent de l’histoire sociale des professions artistiques au XXe siècle – champs scéniques, musique et politique, médiations culturelles. À l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), après avoir co-animé avec Patrice Veit et Michael Werner un séminaire qui interrogeait les espaces et lieux de concerts en Europe du 18e siècle à nos jours (Espaces et lieux de musique : le musicien, l’architecte, le spectateur et le politique), elle propose depuis 2014 un nouveau séminaire sur « La voix et ses espaces au théâtre et à l’Opéra : perception, cognition, interprétation (XVIIIe-XXIe siècles) » https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/1254/.

Sur France Musique, après avoir produit Les Greniers de la mémoire (1994-2015), puis une émission sur la fabrique de la voix A pleine voix durant la saison 15-16,  elle anime depuis septembre 2016 le nouveau rendez-vous sur l’histoire, Un air d’histoireElle a notamment publié Pierre Schaeffer, les constructions impatientes (CNRS éditions, 2010), Jean-Louis Barrault, une vie sur scène (Flammarion, 2010) et les mémoires d’Henry Barraud, Un compositeur à la tête de la Radio. Essai autobiographique (Fayard, 2010), La musique au pas. Être musicien sous l’Occupation (CNRS éditions, 2016)…

  • Éditeur : CNRS (24 mars 2016)
  • Collection : Seconde Guerre mondiale

Vous aimerez aussi...