« Le Puits Sans-Nom » (Mireille Pluchard)

Dans les Cévennes, au milieu du XIXe siècle, le récit d’une belle amitié entre deux familles liées par le travail de la mine, faisant fi de leurs différences d’origine.

En 1830, les Théraube habitent le mas du Joncas, accroché à la montagne cévenole. Les temps sont durs. Sur cette terre ingrate, la vigne et la châtaigneraie donnent peu. Le père fait embaucher son fils Emile, treize ans, par la Compagnie des mines de chemin de fer. En « dessous », l’adolescent découvre un univers de poussière omniprésente et poisseuse. Et la fraternité des « gueules noires », lorsque, victime d’un coup de grisou, il est sauvé par un mineur piémontais, Pépino Maggiore.

C’est le début d’une amitié forte entre les deux familles, et d’un amour entre Julien, frère d’Emile, et Anna, fille de Pépino. Mais les villageois voient d’un très mauvais oeil cette liaison entre gens du pays et étrangers…

1602-1Mireille Pluchard est venue à l’écriture par le biais foisonnant de la généalogie dans laquelle elle a puisé les personnages de ses trois premiers romans qui relatent la vie d’une famille de paysans cévenols à travers deux siècles de leur histoire.

Les pieds plantés en Cévennes gardoises où elle vit, la tête pleine de portraits fleurant bon le terroir, Mireille Pluchard puise son inspiration dans l’humus généreux de sa terre natale.

Parler de sa région à travers ceux qui l’ont faite, la magnifier pour la faire aimer à ceux qui s’y intéressent, réveiller chez certains une abondance de souvenirs, tel est le but de cet écrivain qui nous fait partager son amour de l’écriture.

Aussi, à travers ses ouvrages, peut-on retrouver les gestes immuables des différents métiers qui ont fait la réputation cévenole. La soie y est présente, dans La Tresse d’Or comme dans Halix de BagardDame de Soie, qu’il s’agisse d’éducations de bombyx dans les magnaneries familiales ou du travail des femmes dans les filatures, lesquelles ont laissé une empreinte architecturale en terre cévenole ; la poterie aussi, celle d’Anduze avec Antoine l’Orjolier du Soleil, et la mine, incontournable évolution d’un dix-neuvième siècle résolument tourné vers l’industrie avec Le Puits Sans Nom qui a obtenu le prix du roman féminin de la ville d’Hagondange…

Avec, toujours, ce profil paysan qu’aucun cévenol ne renie. S’ajoute, avec Le petit Bâtard, une étude de mœurs au dix-neuvième siècle. Dans son dernier roman, Le Mas de la Sarrasine,  ( avril 2012) , les vignerons sont à l’honneur avec la grande dépression due au phylloxéra qui a mis à genou grands et petits exploitants…

Laetitia Matusik, attachée de presse – Collection Terres de France aux Presses de la Cité

Clarisse Enaudeau, directrice littéraire de la collection Terres de France aux Presses de la Cité

Le succès de la collection Terres de France ne serait pas ce qu’il est sans  vous, sans les Amis de Terres de France. Un fabuleux enthousiasme, témoin d’une passion partagée. Chaque roman de la collection Terres de France aux Presses de la Cité est une invitation au voyage. Voyage au cœur de la passion, celle de nos auteurs dont la plume fait vivre d’extraordinaires destins, celle, aussi, de leurs héros qui, livre après livre, deviennent une part de notre mémoire. Voyage encore au cœur de nos régions, voyage enfin au doux parfum d’antan.

Collection Terres de France – YouTube

Collection Terres de France l Accueil

Clarisse Enaudeau nous parle du métier d’éditrice – YouTube


Vous aimerez aussi...