La musique à Paris sous l’Occupation

Parution du livre le 20 novembre 2013 – Sous l’Occupation, Paris ne reste pas silencieux. Peu après l’installation des Allemands, les musiciens reprennent leurs activités comme l’ensemble des artistes. Les salles de concerts et les studios radiophoniques et d’enregistrement se remettent à fonctionner. Dans ce contexte, nombre d’interprètes et de compositeurs français bénéficient de conditions de travail inédites, profitant de l’absence de concurrence étrangère conjuguée à la mise à l’écart des œuvres des compositeurs, morts ou vivants, exclus par les lois scélérates. Centré sur la musique savante, cet ouvrage collectif traite de la diffusion de la musique, grâce à des études sur quelques sociétés de concerts spécifiques à cette période, sur des œuvres du répertoire, sur la création contemporaine et sur le rôle de certains interprètes. Il met en évidence les personnalités de Francis Poulenc, Olivier Messiaen et Arthur Honegger ainsi que d’Alfred Cortot, Germaine Lubin, Charles Munch et Wilhelm Kempff, en insistant sur les ambiguïtés entretenues rétroactivement par certains acteurs de la vie musicale sur leur carrière pendant les années noires. Il analyse également la manière dont quelques grandes figures du passé (Mozart, Berlioz, Wagner) sont susceptibles de s’inscrire dans un discours de propagande, largement véhiculé par les critiques et les musicologues. Cette réflexion sur la trace mémorielle d’une époque se clôt par l’évocation de deux débats récents, qui montrent que ce passé passe difficilement.

Ont collaboré à cet ouvrage : François Anselmini, Mathias Auclair, Yves Balmer, Esteban Buch, Jean Gribenski, D. Kern Holoman, Sara Iglesias, Karine Le Bail, Christophe Brent Murray, Aurélien Poidevin, Manuela Schwartz, Nicolas Southon, Leslie Sprout et Jacques Tchamkerten.

Myriam Chimènes est directrice de recherche au CNRS, habilitée à diriger des recherches. Elle a été chercheur à l’IRPMF, dont elle était l’un des membres fondateurs, avant d’intégrer l’IReMus dès sa création. Elle a consacré sa thèse de doctorat de musicologie à Khamma, ballet inédit de Claude Debussy, avant de se spécialiser en histoire sociale de la musique. Centrées sur l’histoire de la musique en France entre 1870 et 1970, ses recherches gravitent essentiellement autour de trois thèmes majeurs : le fonctionnement de la vie musicale (politiques publiques, mécénat, musique et société), l’œuvre de Claude Debussy (participation à l’édition critique des œuvres complètes de Debussy et responsabilité scientifique du Centre de documentation Claude Debussy et du Colloque international organisé à Paris 2012 à l’occasion du 150ème anniversaire du compositeur, édition des Cahiers Debussy) et l’édition critique d’écrits sur la musique (édition de la correspondance de Francis Poulenc, du journal de Marguerite de Saint-Marceaux, de l’autobiographie d’Henry Barraud). Après avoir initié des travaux sur la vie musicale en France pendant la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre conjoint de deux laboratoires du CNRS (IRPMF et IHTP), elle a entamé une collaboration avec Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS et Historial de Péronne) et Esteban Buch (CRAL-EHESS) pour encadrer des recherches sur la musique et les musiciens pendant la Première Guerre mondiale. En collaboration avec Florence Gétreau et Catherine Massip, elle travaille actuellement à l’édition des actes du séminaire consacré à Henry Prunières, à paraître en 2015 dans le cadre des Publications de la Société française de musicologie.

Professeur à l’Université de Rouen, Yannick Simon est l’auteur de La SACEM et les droits des auteurs et compositeurs juifs sous l’Occupation (La Documentation française, 2000) et de Composer sous Vichy (Symétrie, 2009).


Vous aimerez aussi...