Les aliénés mentaux, grands oubliés de la guerre de 1914

Illustration : Aliéné enchaîné à Bedlam, source Gallica BnF

ON LES APPELLE LES « MUTILÉS DU CERVEAU » OU LES « ALIÉNÉS DE GUERRE ». FACE À EUX, LE CORPS MÉDICAL EST DÉSEMPARÉ ET LA SOCIÉTÉ DÉTOURNE LES YEUX.

« Honneur aux poilus, ils nous ont fait cette victoire ». Le 11 novembre 1918, Georges Clemenceau rend hommage aux soldats de la Première Guerre mondiale.

À côté de ces héros de la « grande guerre », il y a ceux devant lesquels on détourne les yeux : les blessés sans blessures, les soldats que la guerre a rendus fous, qu’on appellera plus tard les « psycho-névrosés » ou « névrosés traumatiques ».

Ils sont nombreux : immédiatement après la fin de la guerre, on note une hausse sensible des admissions dans les asiles d’aliénés. Des centaines de milliers d’hommes sont touchés, mais seuls les cas les plus graves sont internés : « environ 14 000 », peut-on alors lire dans la presse.

En 1925, le directeur de l’Écho des mutilés dresse le sombre tableau de la situation des « aliénés de guerre » en France : laissés pour compte, mal soignés par un corps médical désemparé face à ces troubles d’un genre inconnu …

Pour en savoir plus lire le billet publié par  Marina Bellot le 28 septembre 2017 sur le site de Retro news.fr


Vous aimerez aussi...