Deux livres documents sur le 17 octobre 1961

Parution de Le 17 octobre 1961 par les textes de l’époque, par Sortir du colonialisme, préface de Gilles Manceron, postface d’Henri Pouillot, Paris, Les Petits-Matins, 2011, 127 p. ISNBN  : 978-2-915879-97-1

Présentation de l’éditeur

Le mardi 17 octobre 1961, en pleine guerre d’Algérie, des Algériens tentent de manifester pacifiquement à Paris contre le couvre-feu décrété par le préfet de police Maurice Papon.

Cette mobilisation, organisée à l’appel du FLN, sera sauvagement réprimée. Plusieurs dizaines de personnes seront retrouvés noyées dans la Seine. Un massacre longtemps étouffé par le gouvernement. Ce livre présente des documents bruts de l’époque : le communiqué du préfet Papon et la circulaire de police concernant « la circulation des Français musulmans algériens » ; l’appel du FLN à manifester et ses consignes pour l’opération ; puis, après le drame, une lettre du journaliste Claude Bourdet (fondateur de France-Observateur) à Maurice Papon, un texte formidable de rigueur et de dignité ; mais aussi un tract de « policiers républicains » indignés par l’horreur à laquelle on a voulu les associer ; le reportage-témoignage d’un jeune appelé au Parc des expositions, où sont parqués, dans des conditions inhumaines, les Algériens arrêtés, etc.

Dans une longue préface, l’historien et journaliste Gilles Manceron situe ces documents bruts dans leur contexte. Et l’association Sortir du colonialisme, qui coordonne l’ouvrage, évoque les batailles qui perdurent cinquante ans après, notamment à travers des débats tels que celui sur « les effets positifs » de la colonisation. La charge historique très forte de ces textes d’époque et l’éclairage qui en est donné aujourd’hui font de ce livre un véritable outil d’éducation populaire autour de cette page noire de notre mémoire collective.

Sommaire

Ordre du jour du préfet de police Maurice Papon, 5 octobre 1961

Communiqué du préfet de police, Maurice Papon, 5 octobre 1961, 17 heures

Circulaire n° 43-61 du Directeur général de la police municipale de Paris concernant “la circulation des Français musulmans Algériens”, 7 octobre 1961

Circulaire du Comité fédéral de la Fédération de France du FLN, 10 octobre 1961

Déclaration du MRAP à propos des mesures prises contre les Algériens, 12 octobre 1961

Note de la Fédération de France du FLN, 17 octobre 1961

Communiqué de la Préfecture de Police, 17 octobre 1961, minuit

Appel au peuple français de la Fédération de France du FLN, 18 octobre 1961

Déclaration du Bureau politique du Parti communiste français, L’Humanité, 18 octobre 1961

Appel lancé par Les Temps modernes, 18 octobre 1961

 

Parution de Paulette Péju, Le 17 octobre des Algériens, suivi de La Triple occultation d’un massacre, Paris, La Découverte, 2011, 199 p. Postface de Gilles Manceron. ISBN 978-2-7071-7117-7

Présentation de l’éditeur

A cinq mois de la fin de la guerre d’Algérie, le 17 octobre 1961, Paris a connu le plus grand massacre de gens du peuple depuis la Semaine sanglante de 1871.

Des dizaines de milliers d’Algériens manifestant sans armes ont été violemment réprimés par des policiers aux ordres du préfet Maurice Papon, faisant peut-être deux cents morts. Et, pendant une trentaine d’années, ce drame a été “oublié”. Pourtant, dès l’époque, des femmes et hommes courageux ont tenté de le faire connaître. En témoigne le texte inédit que Marcel et Paulette Péju devaient faire paraître à l’été 1962 et publié ici pour la première fois.

Nourri de nombreux témoignages d’Algériens recueillis à chaud, sa lecture ne laisse pas indemne. Ce document est complété par La Triple Occultation d’un massacre de Gilles Manceron, qui jette une lumière neuve sur cet événement. Papon était appuyé dans le gouvernement par ceux qui désapprouvaient les choix du général de Gaulle dans les négociations en cours pour l’indépendance de l’Algérie. II a préparé et orchestré la violence de la répression en donnant aux policiers une sorte de permis de tuer.

Gilles Manceron éclaire également les raisons de la longue occultation du massacre : sa dissimulation par ses organisateurs au sein de l’Etat français ; l’effacement de sa mémoire au profit de celle de Charonne en février 1962 ; et le silence des premiers gouvernants de l’Algérie indépendante, car les organisateurs de la manifestation étaient devenus leurs opposants. Ce livre explique la logique implacable d’un événement qui correspond aux derniers feux de la folie coloniale, paroxysme d’une période où la France s’est écartée des principes hérités des plus grands moments de son histoire.

Les auteurs

Gilles Manceron est historien, spécialiste du colonialisme français.

Il est rédacteur en chef d’Hommes et Libertés, la revue de la Ligue des droits de l’homme. Il a notamment publié Les Harkis. Histoire, mémoire et transmission (L’Atelier, 2010) et Marianne et les colonies (La Découverte, 2005). L’association “Sortir du colonialisme” lutte contre toutes les formes de colonialisme. Elle organise chaque année la Semaine anticoloniale.

Journalistes, Marcel Péju (1922-2005) et Paulette Péju (1919-1979) ont été également les auteurs de Ratonnades à Paris (Maspero, 1961 ; nouvelle édition : La Découverte, 2000).

Voir les références bibliographiques sur Criminocorpus

Voir la page de l’INA consacrée au 17 octobre 1961


Vous aimerez aussi...