En Italie, ni barreaux ni camisole pour les détenus psychiatriques

Depuis 2014, les prisonniers italiens souffrant de maladie mentale ne sont plus envoyés en hôpitaux psychiatriques judiciaires. Pour les remplacer, des structures novatrices dans la prise en charge des patients ont été mises en place avec comme finalité, quand elle est possible, la réinsertion. Reportage à Nogara, en Vénétie.

Nogara est une bourgade tranquille du nord-est de l’Italie où les roseraies côtoient les pavillons ocre en enfilade. En s’éloignant du centre-ville de cette petite cité de 8 600 habitants de la province de Vérone, en Vénétie, et après avoir traversé champs et ruisseaux, surgit une vieille bâtisse : l’ancien hôpital Stellini. À côté du centre de vaccination et de l’ambulatoire, cet établissement héberge depuis janvier 2016 une résidence pour l’exécution des mesures de sécurité (REMS). Une structure qui accueille 36 anciens détenus psychiatriques, condamnés par la justice à rester sous surveillance pour leur propre dangerosité et celle d’autrui. Pourtant, en pénétrant dans le bâtiment de trois niveaux, peu d’indices révèlent la nature du mal qui a conduit ici ces femmes et ces hommes. Seuls les deux gardiens en uniforme qui veillent et les portes refermées scrupuleusement après passage laissent planer le doute. Car ici, les patients déambulent librement d’une pièce à l’autre. Ils se réunissent dans les salles de télévision pour griller une cigarette, sortent dans le petit jardin profiter d’un rayon de soleil ou des équipements sportifs… Un article à lire en intégralité dans le 7ème numéro de la revue Sang-froid

INTERNATIONAL

SANG-FROID n°7 – 09/2017

Auteur : Daphnée Breytenbach et Audrey Chabal
Illustrations : Xavier Coste


Vous aimerez aussi...