On n’est point pendu pour être amoureux… La liberté amoureuse au XVIIIe siècle (Benoît Garnot)

Parution du livre le 22 janvier 2008 – Contrairement aux idées reçues, la liberté amoureuse est au XVIIIe siècle une réalité indéniable, même si l’on observe un durcissement de la législation autour de 1730. Les crimes d’amour, dont certains sont pourtant placés au plus haut sur l’échelle des comportements prohibés, ne sont pas poursuivis dans la quasi-totalité des cas. Cet ouvrage, qui s’appuie sur les archives judiciaires, mais aussi sur les dictionnaires, les Mémoires et les oeuvres littéraires, notamment celles des écrivains libertins, analyse les raisons de ce paradoxe : une norme juridique rigide et une pratique judiciaire laxiste. Il montre aussi comment la société du XVIIIe siècle voyait l’amour à travers ses dangers supposés et ses manifestations. Il décrit les amours encadrés dans le but de parvenir à des mariages convenables et observe les amours rebelles. Il s’intéresse également aux amours illicites (adultère, concubinage, bigamie et polygamie), aux amours prohibés (masturbation, inceste, sodomie, bestialité), et enfin aux échecs de l’amour (séparations, amours brisés et couples maudits). EXTRAIT FEUILLETABLE

Benoît Garnot est agrégé d’histoire et docteur ès lettres. Il a été professeur d’histoire moderne à l’université de Bourgogne de 1988 à 2016. Auteur de nombreux ouvrages, il a apporté une dimension renouvelée à l’histoire de la justice et de la criminalité pendant l’Ancien Régime. Il a notamment publié : Histoire des juges en France de l’Ancien Régime à nos jours (2014), Une histoire du crime passionnel. Mythe et archives (2014).

Éditeur : Belin

Dernier ouvrage publié La peine de mort en France, du Moyen-Âge à 1981 – L’exécution …

 


Vous aimerez aussi...