Un siècle d’ordre public en Révolution (De 1789 à la Troisième République)

Parution du livre le 13 novembre 2009 – L’association de l’ordre et de la révolution peut paraître paradoxale. Pour autant, nul ici ne songerait à raviver des débats surannés assimilant la révolution et le désordre, que ce soit pour stigmatiser l' »anarchie  » pillarde ou sanguinaire, ou pour saluer la multitude démiurgique avide de faire du passé table rase. La révolution est certes négation et déconstruction d’un ordre établi ; mais la nécessité du changement révolutionnaire s’impose lorsque le présent est devenu insupportable à ceux qui le ressentent comme expression d’un désordre qui met potentiellement en péril l’humaine condition, et les équilibres présentés comme naturels. Et, du sein même de la transition, de l’instabilité, et de l’indétermination, toujours vecteurs d’angoisse, surgit une forte aspiration à l’ordre, à la recomposition des cadres et à la recherche de nouveaux équilibres. Pour les révolutionnaires, inscrire la brutalité de la rupture dans la durée apparaît bien comme un véritable défi, puisqu’il s’agit de faire de l’ordre avec du désordre, de concilier la double demande d’une plus grande liberté et d’une plus grande sécurité. Affirmée dès la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, la nécessité d’une force publique au service de tous est bien un enjeu crucial pour les régimes issus des Révolutions, de la prise de la Bastille à la Commune de 1871. Comment restructurer les moyens et que faire du personnel chargé du maintien de l’ordre hérité de l’Ancien Régime ? Faut-il le récupérer, quitte à changer le nom de l’institution et les mécanismes de régulation internes ? Ensuite, comment instituer de l’ordre et doit-on inventer une législation d’autant plus rigoureuse qu’elle doit pallier un vide institutionnel ? Enfin, si la mise en place d’une  » police citoyenne  » demeure l’horizon des régimes successifs, des logiques multiples viennent perturber la construction idéale d’un corps dévoué au service des  » honnêtes gens « . La politisation, la dépendance envers les élus ou les pouvoirs locaux, l’élargissement du recrutement aux anciennes cibles de la police peuvent à leur tour faire des forces de l’ordre des acteurs du désordre. Les textes réunis dans ce volume montrent que ces questions travaillent constamment l’événement révolutionnaire. A l’heure où les questions de sécurité et les rapports entre les forces de l’ordre et les populations sont au premier rang du débat public, cet ouvrage, fruit de spécialistes de l’histoire de la Révolution française et du XIXè siècle, invite à faire retour sur les racines historiques de l’ordre public en démocratie.

Bernard Gainot  (Auteur), Vincent Denis  (Auteur), Collectif (Auteur)

Bernard Gainot : Maître de conférences en histoire moderne à l’Université PARIS 1, habilité à diriger des recherches en histoire des mondes modernes

Ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud  : 1968 à 1972.

Habilité à diriger des recherches en histoire des mondes modernes depuis le 27 mai 2005 (22ème section du CNU). Titre de la thèse d’habilitation  : Du Cap-français à Naples. Chemins et destins au temps de la « Grande Nation ».

Doctorat de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : thèse soutenue le 30 janvier 1993, Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire. Structure et pratiques politiques.

Vincent Denis  : Maître de conférences en histoire moderne, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, UFR d’Histoire (depuis septembre 2005).

Membre de l’Institut Universitaire de France.

Éditeur : Société des Etudes Robespierristes

Collection : Etudes révolutionnaires


Vous aimerez aussi...