Peurs privées, angoisse publique. Un siècle de violence en France (Anne-Claude Ambroise-Rendu)

Parution du livre le 9 novembre 1999 – La sécurité constitue une des préoccupations majeures des Français. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Du crime, des agressions, des incivilités ou d’une angoisse diffuse ? La violence, sous toutes ses formes, a une histoire. Le sentiment qu’on en a évolue en même temps que les formes qu’elle prend. Ce livre en retrace les métamorphoses à travers le XXème siècle: des bandes de la Belle Epoque aux banlieues difficiles d’aujourd’hui. Il passe ensuite en revue quelques grandes figures du crime moderne, telles Landru, Violette Nozière ou Mesrine. Il aborde enfin les grands débat contemporains sur le thème, qu’il s’agisse du rôle de la police, des chiffres de la criminalité ou du rôle rédempteur de la prison.

Anne-Claude Ambroise-Rendu : Historienne, professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Dans un ouvrage historique et sociologique, Anne-Claude Ambroise-Rendu, maître de conférence à l’Université Paris X-Nanterre et auteure de nombreux articles sur la criminalité, nous offre un panorama complet de la violence en France au cours du XXème siècle.

Revue de presse : La sécurité constitue, aujourd’hui, l’une des préoccupations principales des Français. Devenues inacceptables à une époque dite de “tolérance zéro”, les menaces à l’égard de la vie des individus, mais aussi de leurs biens, ont pourtant longtemps été regardées comme une sorte de fatalité. Jusqu’à la fin du XIXème siècle, seuls les crimes risquant de porter atteinte à la stabilité de l’Etat étaient commentés. Ce n’est qu’au cours des années 1880 que la “violence ordinaire”, celle qui n’est pas politique, commence réellement à susciter l’attention. Des scientifiques l’analysent, notamment Cesare Lombroso qui inventa la théorie du “criminel-né” et Alphonse Bertillon, le père de l’identification judiciaire. Les médias, ensuite, se passionnent pour le destin de tueurs atypiques tels Landru, le docteur Petiot ou Mesrine. Vantant le génie de certains, réclamant la tête des autres, le journaliste a tour à tour endossé les habits de l’avocat, du juge ou du bourreau, entraînant ce que l’on appelle aujourd’hui le “sentiment d’insécurité”. Les pouvoirs publics, enfin, mettent en place de nouvelles politiques, où prévention et réinsertion ont leur mot à dire à côté de la répression.

Blousons noirs  : Loin de se cantonner aux affaires qui défrayèrent la chronique, Anne-Claude Ambroise-Rendu nous rappelle, dans cet ouvrage illustré par des dessins et des photographies rares, qu’à chaque époque ont correspondu des violences nouvelles. Ainsi, le début du siècle fut l’heure des crimes passionnels, puis vinrent les enfants martyrs et les enfants bourreaux, devenus les “Apaches”. L’auteur nous enseigne aussi qu’un fait de délinquance est, au-delà d’un acte de transgression, un message de contestation contre une société parfois trop figée. Des fameux “insoumis” de la “Grande guerre”, jusqu’aux attentats gauchistes des années 1970, en passant par les “blousons noirs”, les exemples ne manquent pas. Ce sont tous ces épisodes tragiques et leurs conséquences qu’Anne-Claude Ambroise-Rendu nous retrace dans un livre alliant la précision de l’universitaire à la plume alerte du conteur. —Antoine Janbon— — misterdroit.com

Éditeur : Larousse
Collection : 20/21


Vous aimerez aussi...