“Policiers dans la ville” – Ecouter ou réécouter l’émission du 10 septembre 2012 sur France culture

Parution du livre le 23 mai 2012 – L’histoire des policiers dans la ville – de la création du corps des gardiens de la paix aux lendemains de la chute du Second Empire et jusqu’au début du XXIe siècle – doit s’écrire comme celle d’un groupe professionnel. Aussi est-elle à la fois politique – le recours des gouvernements aux forces de l’ordre – et civique et sociale – les policiers étant par ailleurs des citoyens et des travailleurs avec des droits d’organisation et de défense.

Ces hommes pratiquent un métier, maîtrisent des savoir-faire. Chacun d’entre eux a une histoire individuelle où la part de la famille est primordiale. Leur rapport à la ville est marqué par une origine géographique, mais aussi un mode d’habitat. C’est donc bien un métier qu’il faut éprouver, comprendre sa mission principale, celle de policer un monde urbain réticent, saisir des pratiques et des codes professionnels, mettre en perspective des carrières, prendre conscience que la sociabilité et les représentations contribuent à construire une identité certes mouvante, comme toute identité, mais fondée sur des facteurs permanents. Cela est particulièrement mis en évidence lorsque la légalité connaît une crise de légitimité, que ce soit dans les années 1930, sous l’Occupation, au cours de la guerre d’Algérie ou des insurrections de mai 1968.

Première édition

Collection Folio histoire (n° 198), Gallimard

Chevandier Christian : Professeur d’histoire contemporaine à l’université du Havre Chercheur associé

“Mon principal champ de recherches est celui de l’histoire du travail, des femmes et des hommes qui travaillent (y compris en ses aspects démographiques), des métiers, des pratiques et identités professionnelles. Il inclut l’histoire des politiques sociales (et plus largement des politiques publiques), le rapport des milieux populaires à la culture, le discours sur le travail et les classes populaires.

Pratiquant couramment le jeu d’échelles, j’ai été conduit à me livrer à des démarches prosopographiques relevant de l’histoire quantitative mais aussi à écrire des biographies de travailleurs (notamment celle d’un postier, syndicaliste et romancier). Tout en accordant la place prépondérante aux archives habituelles des historiens, j’estime nécessaire l’utilisation des méthodes des autres sciences sociales (notamment les diverses modalités de l’observation pratiquée par les ethnologues) mais aussi d’autres disciplines, ainsi que de continuels échanges entre chercheurs.

Sans vouloir devenir spécialiste d’un secteur, j’ai mené des recherches sur des groupes professionnels particuliers (les métallurgistes, les cheminots, les infirmières, les employés des pompes funèbres, les gardiens de la paix,…), ce qui m’a permis de me pencher en une démarche d’histoire sociale sur les institutions (l’hôpital, la police), les technologies (les chemins de fer) voire des questions relevant largement de l’anthropologie (la mort, le genre). Significative des dynamiques des groupes professionnels, l’histoire des mouvements sociaux est au centre de mes travaux, une approche sociale permettant communément la compréhension de phénomènes politiques”… Pour en savoir plus sur Histoire-sociale.univ-paris1

Parution du livre le 31 mai 2012 – En 1854, Napoléon III importe le modèle londonien de police dans la capitale française. La police de contact, visible et quotidienne (on dirait aujourd’hui de “proximité”) s’impose alors pour longtemps dans l’espace parisien. En jouant sur les échelles et les angles d’observation, cet ouvrage entend étudier les mutations d’une relation police-société dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Entre 1854 et 1914, le sergent de ville, devenu gardien de la paix, s’intègre progressivement dans l’espace social, politique et mental parisien, sans que cela implique bien sûr la fin des confrontations ni celle des débats. S’observe en même temps la lente professionnalisation d’une nouvelle force de police, la mise en place d’un ordre public d’un nouveau type, plus intégré, mais qui produit de nouvelles résistances et mises à l’écart, ainsi que l’émergence d’une perception nouvelle du “quotidien urbain” et de la peur des “apaches”.

Ce processus concerne peut-être l’ensemble du territoire français, mais il semble trouver une expression particulière, dans ses formes comme dans son intensité, dans la capitale. Le gardien de la paix parisien devient en effet dans la République des années 1900 un symbole, à l’échelle française et internationale, de ce qui est perçu comme une nouvelle et ambiguë “civilisation urbaine”.

Quentin Deluermoz est Maître de conférences en histoire à l’Université Paris 13/Nord (CRESC). Il travaille sur l’histoire sociale et culturelle des ordres et des désordres au XIXe siècle, à travers notamment deux chantiers : les relations police-société dans les grandes capitales occidentales et coloniales d’une part ; le moment communard en 1871 de l’autre (expérience, administration, rapport à la violence).

Il a récemment édité ou publié Chroniques du Paris apache, édition et présentation de deux récits autobiographiques, La Médaille de mort du gardien de la paix Eugène Corsy (1905) et Les Mémoires de Casque d’Or (1902), Paris, Editions du Mercure de France, 2008 ; « Norbert Elias et le XXe siècle : le processus de civilisation à l’épreuve », numéro spécial de la revue Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°106, avril 2010 ; sa thèse, Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris (1854-1914) est à paraître aux publications de la Sorbonne… Pour en savoir plus sur Reseau-terra.eu

Éditeur : Publications de la Sorbonne

Collection : Histoire de la France XIXe-

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Les Lundis de l’histoire par Jacques Le GoffMichelle PerrotRoger Chartier et Philippe Levillain

Policiers dans la ville

Par Michelle Perrot

A propos de :

Policiers dans la ville. Une histoire des gardiens de la paix , Gallimard, folio-histoire, Paris (2012), de Christian Chevandier,

Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris, 1854-1914, * Publications de la Sorbonne, Paris (2012), de Quentin Deluermoz

Pour en savoir plus écouter ou réécouter l’émission du 10 septembre 2017 sur France culture


Vous aimerez aussi...