L’empoisonneuse Marie Bourette et sa « haine de vieille fille »

L’arrestation de Marie Bourette dans Le Petit Journal supplément du dimanche du 9 janvier 1910 – Source : BnF RetroNews

EN 1910, LA PRESSE SE PASSIONNE POUR LE PROCÈS DE MARIE BOURETTE, DONT LA JALOUSIE PATHOLOGIQUE A COÛTÉ LA VIE À UN JEUNE TÉNOR EN PLEINE ASCENSION.

De la diabolique marquise de Brinvilliers à Hélène Jegado, la serial killeuse à l’arsenic, la figure de l’empoisonneuse a traversé les siècles (voir notre article, Une petite histoire de l’empoisonnement).

En 1910, un nouveau cas est jugé aux Assises de la Seine : Marie Bourette, 40 ans, comparaît pour un crime à l’arsenic.

L’affaire fait d’autant plus de bruit que la victime est un jeune ténor belge, Jules Godart, surnommé « le Grand Blond » et promis à un avenir glorieux – il s’apprêtait à jouer le rôle de Siegmund dans La Walkyrie de Wagner pour l’Opéra de Paris et venait de signer un contrat au Metropolitan Opera de New York …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Marina Bellot le 10 octobre 2017 sur le site de Retronews.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *