La peine de mort, notre hideuse loterie judiciaire des années 1970

Christian Ranucci, 21 ans, condamné ‡ mort le 10 mars 1976, par la Cour d’Assises des Bouches-du-Rhône pour le meurtre de la petite Maria Dolores Rambla a été exécuté ce matin, le 28 juillet 1976, à la prison des Baumettes. A l’aube, après l’exécution, un fourgon quitte la prison, emportant les restes de Ranucci. / AFP PHOTO

C’est il y a seulement quarante ans, le 10 septembre 1977, que la République a décapité son ultime condamné. Récit de la dernière décennie d’existence du châtiment, qui en dit beaucoup sur notre justice, notre pays et nous-mêmes.

En décembre dernier, l’ancien garde des Sceaux Robert Badinter remettait un document historique aux étudiants de l’École nationale de la magistrature: le récit de la dernière exécution capitale en France. Le 10 septembre 1977, à 4h40 du matin, Hamida Djandoubi,un Tunisien de 27 ans, était guillotiné dans une courette de la prison des Baumettes, à Marseille, pour l’assassinat de son ancienne compagne.

Légalement tenue d’y assister, une juge d’instruction, Monique Mabelly, a couché dans la nuit son témoignage par écrit. Le parcours des officiels dans les couloirs de la prison, tapissés de couvertures pour étouffer leurs pas. Le condamné qui replace, avant de se mettre en marche, sa jambe artificielle –il a été amputé six ans plus tôt après un accident de tracteur. Le dernier verre de rhum, les deux cigarettes fumées jusqu’au filtre: quand il en réclame une troisième, l’«exécuteur en chef des arrêts criminels» (comprendre: le bourreau) s’interpose et lâche «On a déjà été très bienveillants avec lui, très humains, maintenant il faut en finir». Les aides qui lient ses mains et découpent le col de sa chemise avant de le plaquer sur la bascule …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Jean-Marie Pottier le 8 octobre 2017 sur le site Slate


Vous aimerez aussi...