Grande Guerre : Mata Hari, l’espionne qui n’en était pas vraiment une

© AFP | Mata Hari s’est fait connaître en tant que danseuse exotique.

Le 15 octobre 1917, Margaretha Zelle, connue sous le nom de Mata Hari, était fusillée en France pour espionnage. Cent ans après, son nom fait toujours fantasmer. Pourtant, l’ancienne danseuse n’avait rien d’une grande espionne.

Le 16 octobre 1917, la majorité des journaux français en fait ses gros titres. “La fin d’une espionne. Mata Hari a été fusillée. La danseuse hindoue a expié hier l’odieuse trahison dont elle s’était rendue coupable à l’égard de la France”, peut-on lire en une du Matin. “Mata Hari a payé de sa vie la trahison commise envers la France qui l’avait si bien accueillie”, renchérit de son côté Le Petit journal. Ces quotidiens n’ont pas de mots assez durs pour exprimer leur rancœur envers cette femme tombée la veille sous les balles d’un peloton d’exécution à Vincennes. Cent ans après sa mort, son nom résonne toujours dans notre mémoire collective, fantasme ultime de l’espionne exotique…

Pour en savoir plus lire le billet publié  par Stéphanie TROUILLARD sur le site de France 24.


Vous aimerez aussi...