Petite histoire de la voiture piégée (Mike Davis)

Parution du livre en juin 2012 – Un matin de septembre 1920, à New York, un anarchiste italien du nom de Mario Buda gare à l’angle de Wall Street un véhicule bourré d’explosifs. Il a inventé la première voiture piégée. Cet événement fondateur est le point de départ d’un récit qui nous mène jusqu’à l’Irak contemporain, en passant par les attentats sionistes contre les Britanniques en Palestine en 1947, par les attentats de l’IRA en Grande-Bretagne et ceux des Tigres tamouls au Sri Lanka.

Arme furtive, spectaculaire, bon marché, simple d’utilisation, aveuglément meurtrière, sûre et anonyme, la voiture piégée s’impose notamment comme l’arme idéale pour des groupuscules marginaux auxquels elle fournit une force de frappe sans rapport avec leur poids politique. Autant de caractéristiques qui font de ce « bombardier du pauvre » la base fondamentale du terrorisme moderne, « une arme intrinsèquement fasciste qui assure à ceux qui l’emploient un bain de sang de victimes innocentes ».

Mike Davis, né en 1946 à Fontana (Californie), ancien camionneur et ouvrier d’entrepôt frigorifique, enseigne aujourd’hui la sociologie urbaine. Chercheur indépendant doté d’une grande curiosité interdisciplinaire, i a publié un livre sur l’histoire de la classe ouvrière américaine, intitulé Prisoners of the American DreamCity of Quartz (La Découverte, 1998 ; nouvelle édition La Découverte/poche, 2000), Génocides tropicaux (La Découverte, 2003 ; nouvelle éditions 2006) et Au-delà de Blade Runner (Allia, 2006). Il a reçu le « Best Book Award de la American Social Science » et le prix 1998 « Lire la Ville ».

Traduit par Marc SAINT-UPÉRY
Collection : La Découverte Poche / Essais n°368

Vous aimerez aussi...