Les graffitis de Chambord (Olivia Elkaim)

Parution du livre le 3 septembre 2008 – « Un fils doit rendre hommage aux traces qu’a laissées son père.» Mais s’il n’y avait plus de traces ?

2006. Trevor est banquier. Il vit dans un grand appartement à Paris. Depuis que ses parents sont morts, il est seul et pleure parfois sans raison. Un matin, il reçoit une enveloppe qui va bouleverser sa vie.

1945. Simon est un écrivain juif. Caché pendant la guerre près de Mâcon, il regagne Paris à la Libération. Il cherche ses parents qui ont disparu.

1940. Isaac est résistant. Il a abandonné sa famille pour suivre Dora, une femme énigmatique, qu’il aime passionnément. Ils font partie du réseau « Chambord ».

Quel lien souterrain, plus fort que la mort, unit ces trois époques ?

Dans ce premier roman magistralement composé, Olivia Elkaim aborde avec pudeur la question de la mémoire et de l’oubli.

Olivia Elkaim est née en 1976. Elle a publié plusieurs nouvelles dont Chair de femme (J’ai Lu, 2008) et un essai, Amazones ou princesses ? (Ramsay, 2006).

Extrait du livre : “TREVOR – La concierge a gardé l’enveloppe pendant trois semaines, les trois semaines où il était à Hong Kong, en mission spéciale pour Shermann & Cie. Elle était une concierge telle qu’il se l’imaginait : petite, sèche, propriétaire d’un caniche paresseux et agressif, intérieur bonbonnière. Elle avait posé l’enveloppe sur son buffet en merisier, sous le mur à clés, en attendant qu’il rentre. Et maintenant, elle soupesait l’enveloppe avec envie. «Il y a du courrier pour vous, monsieur Trevor.» Elle l’appelait « monsieur Trevor », jamais par son nom de famille, trop difficile à prononcer, sans doute. Trevor ne rectifiait pas. Ça n’arrivait jamais, non, ça n’arrivait presque jamais qu’il reçoive du courrier chez lui, rue des Feuillantines, à part les factures, et encore, en général, il s’arrangeait pour que tout soit expédié au bureau, à sa secrétaire.

Trevor a posé l’enveloppe sur la console en verre, profilée, dans l’entrée de son appartement. Elle était épaisse et lourde, le rabat fermé par du gros scotch marron. Il a défait sa valise, pris une douche brûlante, le jet du pommeau dans l’axe de sa nuque. Il a revêtu son costume gris foncé, serré le noeud de cravate et enfilé son imperméable beige, le même depuis des années, qu’il avait acheté avec son père dans une boutique pour hommes de Saint-Germain-des-Prés.

Il est parti au travail. Il a oublié l’enveloppe. Il a oublié l’enveloppe instantanément. Elle est devenue comme un bibelot, comme le chandelier doré, vieillot, d’une autre époque, sur la table à manger, comme le soliflore rouge près de la cheminée, comme le cendrier en terre cuite, comme la lampe de chevet en fer forgé. Tous ces bibelots hérités de ses parents et qu’il ne voyait pas, dont il ne regardait pas les brè­ches, les contours.

Il a oublié l’enveloppe. Il l’a oubliée longtemps. Un mois, deux mois, peut-être davantage. Il ne voit pas le temps passer…”

Éditeur : Grasset & Fasquelle


Vous aimerez aussi...