Figures et représentations de la piraterie à la fin du Moyen Âge (journée d’étude 21 octobre)

Écrasée par des imaginaires caribéens qui nous sont contemporains, notre représentation du folklore pirate peine à s’extirper des lectures régressives de l’histoire. En particulier, la peinture de la piraterie médiévale demeure peu connue, car l’on peine à lui associer un socle de définitions qui corresponde à son contexte. Pour cause : le mot lui-même n’est pas assuré avant les trois derniers siècles du Moyen Âge. Or, la diffusion tardive du terme nous rappelle qu’il est historiquement daté. L’objet étudié – des méfaits survenus en mer – ne s’associe au lexique pirate qu’à partir du XIIIe siècle, sur le fondement d’une référence inspirée par l’antiquité romaine. Dès lors, c’est l’histoire de l’accusation en piraterie qu’il convient de restituer, une histoire qui a sublimé le vol et les violences commis en mer par un chef d’accusation supérieur visant la défense de la res publica. La peinture de cet écumeur larron de mer, devenu pirate par une nouvelle lecture criminelle, mérite donc que l’on s’attarde sur son portrait, afin de mieux dégager les logiques de sa réapparition historique. (…)

Journée d’étude sous la direction de Bernard Ribémont (université d’Orléans) et Pierre Prétou (université de La Rochelle).
21 octobre 2017 – Centre Inter Mondes, 11 bis rue des Augustins – 17000 La Rochelle

Accéder à la présentation complète de cette journée et au programme.

Les journées d’histoire maritime consacrées à l’histoire du gouvernement des hommes en mer sont issues d’un partenariat unissant l’université de La Rochelle, la Corderie Royale, le SHD Rochefort et le Musée national de la Marine.


Vous aimerez aussi...