« Complaintes criminelles » 1870-1940 présentation ( JF « Maxou » Heintzen)

L’élaboration de cette base de données a été entreprise afin d’étudier les conditions de la disparition des « Complaintes criminelles » – c’est-à-dire des textes chantés racontant dans un but informatif et/ou édifiant les détails d’un authentique fait divers criminel – sur le territoire français. Tout autant que la « fin d’un genre », la mutation de ce media populaire en ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui la « chanson réaliste » est au centre de ce chantier, autant historique que musicologique.

Pour ce faire, un inventaire aussi exhaustif que possible des « canards sanglants » de cette période a été entrepris, tant dans des collections privées que publiques. Ensuite, la datation et localisation des faits évoqués par les complaintes a permis d’élaborer la structure de cette base de données, où sont mises en relation :

  • Des faits divers, à travers toute la France métropolitaine. Tous les lieux concernés sont saisis avec leur code INSEE, permettant un développement cartographique informatisé ;
  • Des complaintes recueillies intégralement ou partiellement, ou seulement avérées ;
  • Des « timbres », ou mélodies préexistantes, sur lesquels sont chantées les complaintes ;
  • Une typologie des faits divers chansonnés (crimes crapuleux, parricides, infanticides, etc.) ;

Pour en savoir plus lire le billet publié le 12 octobre 2017 par JF « Maxou » Heintzen sur le site Criminocorpus

Accéder à la base de données sur les complaintes criminelles en France (1870-1940).