Septembre 1921 : la première « carte d’identité de Français » et ses enjeux (Pierre Piazza)

Dans le dernier tiers du xixe siècle et au début du xxe siècle, le développement du « bertillonnage » et l’essor de la dactyloscopie ont permis aux autorités françaises de repenser méthodiquement le rôle assigné au signalement, à la photographie et aux empreintes digitales, tout comme le lien qui doit exister entre ces identifiants et les renseignements qu’elles conservent et classent dans leurs fichiers. Dans un premier temps, ces techniques sont surtout mobilisées afin d’identifier avec davantage de certitude, des franges de la population considérées comme dangereuses ou marginales : délinquants et criminels récidivistes [1][1] Sur ce point, on se permettra de renvoyer le lecteur…, nomades [2][2] Voir notamment Henriette Asséo, « La gendarmerie et… ou encore étrangers [3][3] La loi du 8 août 1893 prévoit un dispositif d’immatriculation…. Néanmoins, au-delà de ces catégories stigmatisées, c’est toute la population française qui est concernée…

Pierre Piazza : Membre du CESDIP et du LEJEP. Ses travaux de nature socio-historique portent principalement sur les dispositifs étatiques d’identification des individus et leurs enjeux. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur le bertillonnage, la dactyloscopie, l’encartement et la biométrie.

Il assure la responsabilité scientifique du développement de la collection « Police scientifique et bertillonnage« de la bibliothèque numérique de Criminocorpus…

Pour en savoir plus sur Criminocorpus

Piazza (Pierre) | Criminocorpus

Genèses 2004/1 (no54) Pages : 176 Éditeur : Belin

Pour lire l’intégralité de l’article voir le billet publié par Pierre Piazza  sur le site de Cairn.info


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search