Matonne de jeunes : La réalité des jeunes en prison (Corinne Héron-Mimouni)

La délinquance des jeunes et des mineurs est un fait de société qui interpelle. Entre détracteurs et partisan de l’emprisonnement, cette jeunesse en perdition est teintée de noirceur ou d’angélisme. La réalité est bien plus difficile à cerner. Et l’éternelle question carcérale ne cesse de se poser.

L’auteur, partisane de l’amélioration des conditions de détention et du respect de l’individu, n’en est pas moins interpellée par la vie qui se tisse derrière les murs des prisons. La pénitentiaire dévoile l’ambivalence des comportements humains mais fait éclore, parfois, une lueur d’espérance à laquelle elle veut croire.

Extrait : … “C’était un dimanche comme un autre. Plutôt calme. La nuit avait commencé à nimber d’ombres la prison. Dans les couloirs, une lumière sur deux était allumée. Trois projecteurs éclairaient la cour de promenade et irradiaient dans les cellules.

Nous sommes au mois d’octobre et aucune chaleur n’échauffe les esprits. Dans une trentaine de minutes, le film du soir résonnera dans les couloirs. Les dialogues des acteurs, le bruit des armes à feu ou des courses-poursuites se mélangeront aux discussions des détenus….

Extrait : …Lorsque je reviens à la porte d’entrée, un policier enlève les menottes à quatre jeunes. En ce premier instant, qui sont-ils en dehors de quatre paires de pantalons tombants sous des sweats larges ?

Démenottés, ils ne voient pas autour d’eux. Leur regard ne se porte pas au-delà d’un mètre. Il faudrait être inattentif pour ne pas remarquer les yeux baissés aux paupières mi-closes. Plus loin, l’inconnu ne peut être observé…

J’ouvre les grilles de deux cellules d’attente.

– Vous entrez, s’il vous plaît. Deux ici, deux à côté.

Dociles, ils commencent ici leur incarcération.

Je n’ai pas le courage de voir leur visage.

Je viens d’enfermer quatre hommes que je ne connais pas. Pour un motif que j’ignore. Il me faut du temps, à moi aussi, pour les considérer franchement.

A travers une série d’histoires vécues, elle met en lumière le trajet de ces jeunes qui échouent derrière les barreaux.”

Corinne Héron-Mimouni – Je suis née au Havre, en bord de mer. Les ciels gris d’hiver me donnent l’envie d’écrire. Un peu normande, un peu bretonne par mes parents mais surtout de toutes les villes de France où j’ai vécu. Avignon, Guéret, Albi, Paris…

Mon premier livre « Matonne, mémoires de Fresnes et d’ailleurs » emmène les lecteurs derrière les murs des prisons, en une visite des lieux et des personnes. Mon second ouvrage, paru en 2010, parle de ces jeunes gens, à peine majeurs ou pas encore, à qui l’on souhaite un autre avenir que celui de l’enfermement. Une plongée au coeur de la jeunesse carcérale. “Matonne de jeunes” est disponible en téléchargement.

Juin 2013 annonce la parution d’un document autobiographique à la trame romanesque digne d’Alexandre Dumas et de son Comte de Monte-Cristo. Porte plume de Luigi Ciardelli, je signe un récit d’une grande intensité dramatique. “Monaco et le prisonnier du Rocher”. Une évasion rocambolesque qui se trame au fil des pages et couve sous la chaleur monégasque.

Depuis peu, l’ère du livre numérique vient chambouler les cartes du monde de l’édition. Je souhaite avec ardeur et passion participer à cette grande et belle aventure. J’ajoute à mon catalogue un roman à énigme, entre thriller et ambiance lourde de suspense « La peur dans l’ombre » qui propulse Louise, héroïne de nos temps modernes dans un monde clos au centre duquel un meurtrier joue avec ses victimes. Un deuxième roman, “L’effrayante transparence des sentiments”, vibre sous le soleil marseillais. Au rythme des peurs de l’héroine qu’une main mystérieuse malmène.

Pour le plaisir, un livre illustré par l’auteur pour jeunes enfants « Mondoudou et le sapin de Noël »

L’avenir s’ouvre sur d’autres projets, littéraires bien sûr…

Format : Format Kindle

Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.


Vous aimerez aussi...