Lire ou relire “De soleil et de silences. Histoire des bagnes de Guyane” (Danielle Donet-Vincent)

Parution du livre le 15 mai 2003 – Le présent ouvrage retrace l’histoire mouvementée des bagnes de Guyane et présente une abondante iconographie inédite, issue des archives des Jésuites et de fonds privés récemment mis au jour. La prise en compte, pour la première fois, des archives de la Compagnie de Jésus, restitue à cette histoire une dimension essentielle dont elle avait été totalement amputée jusqu’ici. Les Jésuites ont, en effet, été les seuls aumôniers exclusifs de la transportation. Appelés à participer à la mise en œuvre de ce châtiment, ils ont été des témoins impuissants, plus que des acteurs du processus. Leur correspondance, en particulier, qui couvre la période de 1852 à 1874, dévoile l’existence de tout un courant de réflexion sur l’intérêt de la peine et dit une véritable foi en la capacité de redressement du condamné, sentiments et convictions que les membres de l’Administration pénitentiaire ont été loin de partager, si l’on en juge par les actes. Les bagnes prennent, par ces documents, leur place pleine et entière dans l’histoire de la Guyane, en même temps que se dévoile limage de la colonie dans l’esprit des Français de l’époque. La République de l’An I avait été la première à imprimer officiellement à cette image le profil de ” guillotine sèche ” gui sera parachevé par la seconde République, par le second Empire, puis par la IIIe République. Au bout de cette aventure coloniale autant que pénitentiaire, l’Armée du Salut portera sur les condamnés un regard proche de celui des Jésuites, cherchant à restituer aux ” bagnards ” une part de cette humanité dont le châtiment les avait dépouillés. Cette démarche fera le succès de son entreprise. L’action politique sera nécessaire pour faire disparaître les bagnes de Guyane. Gaston Monnerville sera le champion de l’abolitionnisme, soutenu dans sa démarche par l’Armée du Salut puis, de façon inattendue, par les secousses de la Seconde Guerre mondiale. Au bout du compte, la réflexion sur le châtiment et sur le condamné, si bien exprimée par les Jésuites et par l’Armée du Salut, paraît cependant loin d’avoir emporté la partie.

Sommaire :

  • AU DEBUT ETAIT L’AMERIQUE
    • De l’Eldorado à la Colonie
    • De l’exil politique
    • Puis vint le temps du bagne
    • Une longue gestation
    • Un nouveau monde
    • Qu’elle était belle, la Guyane
    • A la conquête de la Grande Terre
    • Le Maroni ou l’autre colonie
    • Chercher la femme
    • Un Noir vaut quelques Blancs
    • Y a-t-il des ” condamnés politiques ” en Guyane ? Punir ou coloniser, il faut choisir
    • L’Administration pénitentiaire, un outil au service du châtiment
  • D’UN BAGNE A L’AUTRE
  • EN FINIR AVEC LE BAGNE
    • La plume dans la plaie
    • Réformer le système de la transportation
    • L’Armée du Salut ou ” les mots pour le dire “
    • De nouveaux bagnes en Guyane
    • Monnerville et Péan : deux hommes, une alliance
    • Il était une fois la guerre
    • Réorganiser ou fermer le bagne ? Le bout de la longue route .

“Ce livre retrace l’histoire mieux connue des bagnes de Guyane, mais que des sources inédites (notamment la correspondance des jésuites, aumôniers exclusifs de la transportation) et une riche iconographie viennent ici renouveler. Il détaille surtout le difficile combat mené par tous ceux (journalistes, médecins, ex-détenus, militants de l’Armée du Salut) que le bagne indignait, jusqu’à ce que Gaston Monnerville n’obtienne enfin sa suppression en mai 1946. A cette date, il restait encore en Guyane 817 forçats et 622 relégués”. (CONDAMNÉS AUX TRAVAUX FORCÉS par Dominique Kalifa le 13 novembre 2003 dans Libération).

Éditeur : Boutique De L’histoire

Danielle Donet-Vincent, docteure en histoire, ancien conservateur de maison d’écrivain, est spécialiste de l’histoire du bagne colonial. Elle a fait partie du groupe de recherches sur les prisons de la République, dirigé par Michelle Perrot et Robert Badinter, à l’ehess. Elle a participé à de nombreux colloques et publié plusieurs ouvrages et articles sur l’histoire de la transportation et de la déportation. Elle a également travaillé sur les fêtes officielles de la IIIe République, et en particulier sur la place des femmes au cours de cette période, sujet sur lequel elle a publié plusieurs articles, dont un, véritablement pionnier, sur Lucie Dreyfus.

Danielle Donet-Vincent a publié également un livre chez Ibis Rouge:



Citer ce billet
Philippe Poisson (2017, 23 octobre). Lire ou relire “De soleil et de silences. Histoire des bagnes de Guyane” (Danielle Donet-Vincent). Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndff

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search